Partager

En fin juillet, Bara et Tabango, deux villages du cercle d’Ansongo ont été inondés.
Bilan de ce sinistre : 200 personnes à Tabango et 215 à Bara se sont ainsi retrouvées sans abris, des tonnes de vivres, un nombre élevé d’animaux, surtout de petits ruminants et volailles ont été emportés par les eaux, des champs ont été inondés à Bara. Heureusement, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

Il y a une dizaine de jours, un premier secours de 10 tonnes de céréales et de 400 000 Fcfa a été remis par la Protection civile de Gao et les autorités administratives de cette région.

Vendredi dernier, Kafougouna Koné ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, en provenance de Kidal où il avait présidé la cérémonie d’installation du comité de suivi de l’Accord d’Alger et son homologue de la Défense et des Anciens combattants, Mamadou Clazié Cissouma, se sont rendus sur les lieux du sinistre pour apporter le message de la solidarité nationale.

Etaient également présents, Abdoulaye Diarra directeur de cabinet du gouverneur de la Région de Gao, autorités politiques et administratives du cercle d’Ansongo, ainsi que notabilités de la Commune rurale de Bara.

Ainsi, lors d’une cérémonie organisée dans la cour de la mairie de la commune, le ministre Koné a, au nom du président de la République, remis à Alhousseny Makadini Maïga, maire de Bara, 100 nattes, 100 couvertures, 5 tonnes de céréales, ainsi qu’une enveloppe de 5 millions de Fcfa pour chacun des deux villages touchés.

Promesse a été faite par le ministre de la remise de 50 nattes et autant de couvertures à Nionia, une localité située en amont de Bara, qui a également subi des dégâts provoqués par des inondations le même jour que Bara et Tabango.

A Nionia, plusieurs maisons se sont effondrées, mais l’information a tardé à parvenir au niveau régional.
Nionia a déjà reçu 100 000 Fcfa.

Les inondations dans ces zones, ont été provoquées par les travaux de construction de la route Gao-Ansongo-Labezzanga-frontière du Niger.

Les services techniques régionaux ont expliqué à ce propos qu’habituellement, les eaux de ruissellement coulent dans une direction nord-sud en traversant le plateau vers le fleuve Niger, au bord duquel sont installés ces différents villages.

Cependant, le remblai de la route a fait digue sur le passage de l’eau. Celle-ci a reflué et a alors envahi les villages, provoquant l’effondrement de nombre de maisons.

Leur part de responsabilité dans ces inondations dans les villages de Bara, Tabango et Nionia a été reconnu par les services techniques et les ingénieurs de l’entreprise Satom qui exécute le marché de construction de la route Gao-Ansongo-Labezzanga-frontière du Niger.

Promesse de se racheter a été faite par ces derniers. D’ores et déjà, ils ont entrepris de multiplier les points de passage pour les eaux.

Ainsi, afin de trouver une solution à ce problème, l’entreprise Satom a augmenté le nombre d’ouvrages de drainage des eaux dans les villages traversés par la route sur l’ensemble du tronçon.

Alors, au lieu de 91 dalots et 9 chaussées submersibles, les ouvrages de protection ont été portés à 175 dalots sur tout le tronçon.

Afin de corriger rapidement les imperfections et de prévenir les inondations, un comité de suivi a été installé pour suivre le drainage des eaux de pluie.

16 août 2006.