Partager

La pluie diluvienne, qui s’est abattue sur le Kénédougou le Mercredi 22 août 2012, a causé beaucoup de dégâts matériels et ruiné des maisons au quartier Sanoubougou II.

Les riverains du marigot Lotio ont été débordés en eau, jusqu’à 1 km dudit marigot. Alertées, les forces de sécurité (police, gendarmerie et protection civile) sont venues, massivement, pour secourir les personnes bloquées chez elles par l’eau.

Le gouverneur de la 3ème région, Ibrahima Féfé Koné, le 1er adjoint au Maire de la comme urbaine de Sikasso, Moussa S. Koné, ont effectué le déplacement pour coordonner l’équipe de sauvetage pilotée par les chefs de la gendarmerie et de la police.

Les dégâts matériels sont énormes. Heureusement, pas de perte en vie humaine. Mais, trois personnes ont été évacuées à l’urgence de l’hôpital régional, qui ont rejoint leur domicile saint et sauve vers 19 H.
Selon un technicien des domaines et des cadastres, qui requit l’anonymat, les constructions illégales et trop proches du marigot qui empêchent l’eau de suivre son cours normal.

Au total, une soixantaine de familles ont été envahie par l’eau. En entendant l’évacuation de l’eau, les autorités régionales ont demandé aux familles victimes d’aller abriter les écoles. Mais, certaines familles ont, catégoriquement, refusé pour des raisons inavouées.

La mention spéciale de sauvetage est revienu au jeune Commissaire adjoint du 1er arrondissement de Sikasso, Jena Marie Dacko, qui s’est mis dans l’eau pour sauver les familles. « Un Commissaire de police devenir un agent de protection civile, chapeau mon Commissaire », se félicite-t-on.

La circulation était interrompue car, les trois ponts sur les deux voies, menant à la gare routière, étaient envahis par l’eau. Paralysant du coup la circulation. Les autorités ont mis en place, depuis hier jeudi, une commission de crise pour recenser les victimes. L’arbre ne doit pas cacher la forêt, le problème d’équipements est réel à la direction régionale de protection civile de Sikasso.

Et pour preuve, il a fallu plusieurs heures pour pouvoir sauver ces vies humaines. Le préfet du cercle de Sikasso a donné deux cartons d’eau de javel pour désinfecter les puits des familles inondées.

A titre de rappel, chaque année, au moins deux fois, les populations de Sanoubougou II passent une nuit vierge à cause de l’eau et subissent des pertes en matériels.

Seydou DIAMOUTENE

Correspondant

24 Août 2012