Partager

Des journalistes africains en conclave

Le premier congrès de la Fédération africaine de la critique cinématographique (Facc) s’est tenu du 2 au 3 mars à Ouagadougou en marge de la 21 e édition du Fespaco. Des congressistes venus du Mali, Niger, Bénin, Sénégal, Burkina Faso, Cameroun, Maroc, Afrique du Sud, Tunisie… ont procédé au renouvellement du bureau de la fédération. De même la rencontre a permis de renforcer les bases légales de la fédération et d’envisager des actions plus ambitieuses. Aussi, un autre grand point qui a intéressé les congressistes est la ratification du siège de la FACC à Dakar.

« Mah Saah sah » au centre du débat

Les festivaliers et le grand public ont pris part au premier débat du Fespaco dénommé « forum de la 21 e édition du Fespaco », retransmis en direct à la radio nationale du Burkina Faso. Les échangés se sont articulés sur le « Mah Saah sah » un film du réalisateur camerounais Daniel Kamwa. C’était dans la salle Sembene Ousmane d’un hôtel de la place. Au cours de la conférence animée par Sylvain Vebamba de la radio nationale, le public a surtout cherché à comprendre certaines séquences du film. Aussi, a-t-il été un moment privilégié pour passer en revue les maux qui minent le cinéma africain. Auparavant Daniel Kamwa est revenu longuement sur la thématique qu’aborde son film.

Des ambitions de CulturesFrance

C’est un pretium composé d’hommes avertis de l’opérateur de cinéma CulturesFrance : Olivier Poivre D’Arvor directeur de la structure, Abderrahmane Sissoko et Sotigui Kouyaté qui a présenté à la faveur d’un point de presse, les nouvelles missions de CulturesFrance, un opérateur de cinéma. Il s’agit de la promotion et diffusion non commerciale du cinéma français à l’étranger. Par ailleurs l’opérateur entend poursuivre sa politique de numérisation du patrimoine africain grâce au soutien de nouveaux partenaires. Cette rencontre avec les professionnels des médias et ceux du monde du cinéma a permis de présenter l’initiative « Des cinémas pour l’Afrique » ayant pour objectif de récolter des fonds auprès de particuliers et d’entreprises pour financer des projets dont l’achat de sièges de cinéma dans les salles qui feront l’objet de rénovations.

Amadou. Waigalo