Partager

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) constate que les défis du développement sont complexes et mouvants. La réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) nécessite de trouver des approches innovantes qui contribueraient de façon efficace et efficiente à leur atteinte. C’est ainsi que le Pnud a lancé en 2019, les laboratoires d’accélération pour catalyser les solutions innovantes et relever les défis de développement complexes.

Dans cette vision, le Laboratoire d’accélération du Pnud et son partenaire : l’entreprise privée «Voolinks», spécialisée dans la digitalisation, ont organisé, lundi dernier à Bamako, l’atelier d’intelligence collective sur l’innovation en milieu universitaire, en partenariat avec l’École nationale d’ingénieurs Abdrahamane Baba Touré (Eni-ABT). L’innovation en milieu universitaire est un processus d’innovation au sein des universités, de transformation de la recherche en produits et services sur le marché. Ces innovations sont portées par les étudiants et le corps professoral.

Incubateurs, universitaires, startups (jeunes entrepreneurs) et partenaires techniques et financiers participent au séminaire qui a pour objectif de présenter les résultats de l’étude de l’innovation sociale, environnementale, de l’écosystème et du numérique. Il s’agissait aussi de présenter l’initiative du Centre d’Innovation de l’Eni-ABT et du Laboratoire d’accélération du Pnud. Le représentant résident adjoint du Pnud, Alfredo Teixera, a expliqué que l’initiative de son organisation dénommée : «University Innovation Pod» vise à transformer les universités du continent africain en espaces d’innovation, d’expérimentation et d’apprentissage accéléré. En mettant l’accent sur l’innovation, le Pnud veut changer sa manière de mise en œuvre de ses programmes et projets, investir et gérer avec plus d’efficacité et d’efficience, a expliqué Alfredo Teixera.

Et d’ajouter que «University Innovation Pod» qui se manifeste au Mali à travers l’Eni-ABT sollicitée par le Pnud en juin 2022, a accepté la réalisation d’un Centre d’innovation doté d’équipements sophistiqués. Ce Centre permettra aux étudiants, enseignants, chercheurs et autres acteurs de co-créer, fabriquer et d’interagir avec le marché et d’autres universités. Alfredo Teixera a souhaité que l’atelier donne l’opportunité aux participants de faire l’état des lieux de l’écosystème de l’innovation entrepreneuriale, d’analyser les défis et de trouver en intelligence collective des pistes de solution, pour booster cet environnement qui pourrait jouer un rôle important dans le développement de notre pays.

Le responsable de l’exploitation au niveau du Laboratoire ,d’accélération du Pnud, Makhan Sacko, a présenté les progrès réalisés par sa structure pour l’innovation en milieu universitaire. Il a révélé que le laboratoire d’accélération est présent dans 91 pays du monde. Au Mali, il essaie d’accélérer l’apprentissage des solutions innovantes de développement, expérimente, teste et relève des données pour permettre au gouvernement, au Pnud et aux partenaires de savoir les innovations qui marchent et celles qui doivent être adaptées à nos réalités. Son collègue de «Voolinks», Mme Mariam Guindo, ajoutera que sa structure appuie le laboratoire.

SOURCE : ESSOR