Partager

L’adjudicataire du marché des matériels électoraux est-il un prête-nom, roulant pour la famille présidentielle ? Nous avons enquêté.

La société Inkript Technologie est qualifiée de société écran qui a bénéficié de passe-droit au nom d’un tiers. Selon des indiscrétions, la famille présidentielle, à travers un de ses beaux-fils, qui est soupçonnée dans cette affaire. Le beau-fils est associé au fils d’un général de l’armée malienne et servent tous les deux de couverture à Inkript Technologie.

Pour brouiller les pistes, ce « beau-fils national« qui n’est d’ailleurs pas à son premier grand marché accordé sur tapis vert a bénéficié de celui des marchés électoraux en usant le nom d’Inkript Technologie. Un nom et un label peu connus dans le microcosme malien, mais dont l’évocation pourrait faire taire les plus sceptiques. Comme ce genre de passe est légion dans la famille présidentielle, un autre beau-fils, à travers son épouse, a déjà bénéficié dans les mêmes conditions en 2011, d’un marché de 15 milliards de F CFA pour l’installation des stations ORTM à l’intérieur du pays. Ce marché a été attribué sous la couverture de BTZA, une société espagnole.

Pour imposer Inkript Technologie, les critères de rapidité, de fiabilité et de sécurité ont été servis comme prétextes. Sur le Net, nous avons découvert Inkrypt Technologie Corporation basé au Canada et Inkript Technologie de droit libanais.

Ce dernier qui nous intéresse travaille surtout dans la formation, la maintenance, des projets de management au Liban et en Afrique. Nulle part, nous n’avons vu l’imprimerie dans ses compétences. Il va sans dire que le marché qui sent le délit d’initié lui a été taillé sur mesure au compte d’une tierce.

A. D.

06 Mars 2012