Partager

Pour couvrir les besoins de consommation interne et faire du Mali un pays exportateur potentiel de riz, le gouvernement vient de lancer le programme « Initiative Riz » dont l’objectif est de produire au titre de la campagne 2008 / 2009, environ 1 618 323 tonnes.

C’est pour expliquer cet ambitieux programme que le Premier ministre a rencontré, le lundi dernier au CICB, les acteurs de la chaîne de production et les autorités en charge du suivi notamment les gouverneurs de régions, les présidents des Assemblées régionales, les Organisations agricoles, les opérateurs économiques, les partenaires financiers et les représentants des consommateurs.

Dans un contexte international marqué par la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité, le sujet à débattre a retenu tout logiquement l’attention des participants d’autant que c’est le riz (l’aliment de base des Maliens) qui était au cœur des débats. Le prix de cette denrée, malgré les efforts du gouvernement pour contenir le coût, ne cesse de grimper.

En effet, le prix du sac de 50 Kg est passé en quelques mois de 12 500 F à 17 500F voir 18 000FCFA comme c’est le cas aujourd’hui. Face à cette situation, le gouvernement de Modibo Sidibé a opté pour une solution nationale qui passera par une opération d’envergure en vue de ramener le sac de riz de 50 kg à un prix abordable pour les Maliens.

C’est tout le sens donné au lancement de l’initiative riz. A en croire les experts qui ont fait l’étude de faisabilité, si l’Initiative Riz se réalise, le sac de 50 kg de riz sera cédé à 12 500 F CFA en octobre novembre 2008.

Avec une production de 1,6 millions de tonne de paddy, l’Initiative Riz assurera 1 million de tonnes de Riz marchand. Ce qui permettra à notre pays de couvrir ses besoins de consommation interne estimés à 900 000 tonnes par an et de dégager un excédent de 100 000 tonnes de riz marchand.

Ce programme coûtera 42,65 milliards de F CFA dont 10,71 milliards de subvention orientée principalement sur les intrants (semences et engrais) et l’appui conseil. Il aura un impact sur les producteurs, les consommateurs et sur l’économie nationale en améliorant la contribution du secteur agricole et la balance des paiements à travers l’exportation des 100 000 tonnes.

La valeur globale de la production est estimée à 300 milliards F CFA pour un investissement de 42,65 milliards F CFA. Le revenu net du producteur par hectare passera de 300 000 à 500 000 F CFA en raison de la subvention et du gain de productivité. L’abondance de la production sera favorable à l’approvisionnement correct du pays en riz à un prix non spéculatif, abordable pour les consommateurs.

L’exposé du plan d’opération de l’Initiative Riz a été suivi d’une multitude de réactions positives de la part des acteurs concernés. Le président de l’Assemblée permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Bakari Togola témoigne, en tant qu’agriculteur, que c’est la première fois qu’une telle initiative est prise au Mali. Cependant, il prévient contre les discours creux et invite au travail dans le sens de la réalisation du programme. « Le Mali sera indépendant seulement le jour où il réalisera son indépendance alimentaire », a affirmé Togola.

Pour le président de la Coordination nationale des Organisations paysannes (CNOP), Ibrahima Coulibaly, l’Initiative Riz comporte tous les ingrédients de succès car il apporte aux producteurs tous ce dont ils ont besoins notamment les intrants et l’appui conseil. Mais aussi et surtout l’organisation de la commercialisation. Dans l’initiative riz, le gouvernement a décidé d’éliminer les nombreux intermédiaires qui font une spéculation sur les prix. Le dispositif de commercialisation sera orienté vers la mise en relation des groupements de producteurs et des opérateurs privés.

Donc, les producteurs vont vendre aux opérateurs privés, qui à leur tour, revendront aux consommateurs aux prix convenus avec le gouvernement. Donnant toujours les raisons de son approbation de l’Initiative riz, Ibrahim Coulibaly dit saluer la subvention de l’Etat pour le financement des intrants et l’appui conseil. Il explique que l’agriculture malienne ne pourra jamais se développer sans la subvention.

Si l’Etat décide enfin de s’y engager, ce sera enfin le début d’une nouvelle ère pour notre agriculture. Dans l’Initiative Riz, il est attendu de l’Etat une subvention de 9,42 milliards de F CFA pour financer les engrains, 934,2 millions F FA pour les semences (riz NERICA) et 325 millions F CFA pour le fonctionnement du dispositif d’encadrement. L’Etat mettra aussi à la disposition des organisations paysannes des équipements à crédit. Le coût de ces équipements est estimé à 701 millions de F CFA.

Le secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité dit apprécier l’initiative, mais s’interroge sur les garanties que l’Etat pourra apporter dans le cadre de l’application des dispositions arrêtées.
Quelles sont les mesures prises par le gouvernement pour garantir l’application des dispositions prises pour réaliser ce programme !, se demande Siaka Diakité.

Le Président de la CCIM, Jeamille Bittar affirme que le temps n’est plus aux interrogations, mais plutôt de savoir qui doit faire quoi. « Il faut ne pas être Malien pour ne pas croire à cette initiative. L’espoir est permis », martela-t-il. En tout cas, Bittar a donné l’assurance que les opérateurs économiques joueront leur partition afin d’accompagner le gouvernement dans cette initiative qui contribuera à n’en pas douter à soulager les populations maliennes dans cette conjoncture internationale défavorable caractérisée par la cherté de la vie, durement ressentie aussi chez nous.

I. Maïga

24 avril 2008.