Partager

Faire en sorte qu’il n’y ait pas d’effondrement des prix du riz aux producteurs, qu’il n’y ait pas de prix excessif aux consommateurs, qu’il y ait un marché régulièrement approvisionné durant toute l’année pour que le gouvernement ait plus en ressources et en recettes afin de répondre aux soucis des Maliens. C’est ce que le Premier ministre Modibo Sidibé a révélé aux populations du cercle de Niono, le 27 octobre 2008 à l’occasion du lancement officiel de la moisson du riz de 2008.

Après son séjour à Niono du 29 avril au 3 mars dernier pour expliquer aux populations les mécanismes de l’initiative riz afin qu’elles adhèrent au projet, le Premier ministre Modibo Sidibé a procédé lundi dernier dans la même localité, au démarrage officiel de la moisson du riz.

Les ministres de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré, de l’Economie, d’Industrie et du Commerce, Ahmadou Abdoulaye Diallo, de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général de division Kafougouna Koné, les gouverneurs des régions de Sikasso, Mopti, Tombouctou et celui de Ségou, les membres de son cabinet, les partenaires techniques et financiers ainsi que plusieurs autres personnes, ont tenu à être témoin du coup d’envoi de la moisson du riz.

Pour ce faire, les responsables administratifs, politiques, l’encadrement technique, les représentants des producteurs et les populations ont réservé un bain de foule au chef du gouvernement et sa délégation tout au long du tronçon Ségou-Niono; Niono-Séréwala.

Ainsi pour faciliter le battage du riz cette année pour que les femmes et les enfants fournissent moins d’effort (considérés comme les batteurs), Modibo a effectué la remise des mini-rizeries aux zones de Macina, M’Bewani, Niono, Molodo et Kouroumari aux associations ou aux GIE (Groupement d’intérêt économique). Seule une mini rizerie a été donné à un grand exploitant agricole au nom de Karamoko Coulibaly.

Ces mini-rizeries sont composés de trémie de chargement de paddy, des nettoyeurs paddy avec un système de double ventilateur de l’aspirateur incorporé avec une douche pour sac à déchets ; trois élévateurs à godets complets et visés ; des décortiqueuses à rouleau de balle à chute avec vanne de réglage d’air ; du polisseur blanchisseur N°11 et séparateur cylindrique pour brisure avec trémie de ramassage. Le montant de chaque mini-rizerie fait 22,350 millions de F Cfa soit 111,750 millions de F Cfa pour les cinq.

Après avoir visité l’exploitation agricole de feu Koké Samaké à Siriwala (où il a donné le premier coup de faucille) et celle de Lassina Coulibaly à Minimana, avec respectivement 6,0059 et 2,340 hectares, un constat s’impose. «Les récoltes ont été bonnes et le projet a réussi», reconnaissaient tous les intervenants. Mais, comment faire en sorte que demain soit meilleur qu’aujourd’hui ? Comment faire en sorte que l’ensemble de la population malienne accède à des céréales (notamment le riz) à un bon prix ? Comment faire pour que les producteurs gagnent plus pour qu’ils aient toujours la volonté d’accroître, d’intensifier leur production ? sont entres autres questions que s’est posé le Premier ministre Modibo Sidibé.

Pour trouver une réponse à ces interrogations afin que les défis fixés soient relevés, il a donné un schéma concernant les producteurs, les opérateurs, les consommateurs et l’Etat. Il s’agit pour les producteurs d’acheter au prix juste, chose qui leur permettra d’accroître leur niveau de production. Aux opérateurs économiques de faire des profits, mais pas excessifs.

Que le consommateur malien ait le riz durant les douze mois de l’année et que l’Etat sente la prospérité de l’économie et du développement. «C’est des défis à relever. Pour moi, c’est une opération gagnant-gagnant, parce que le principe de la commercialisation que j’ai évoqué est libéralisation. Cela permit aux producteurs d’accroître leur production, à d’autres opérateurs économiques de créer des emplois, de s’insérer dans le schéma.

Donc, que personne ne fasse le jeu. Tout le monde peut gagner en jouant la carte de gagnant-gagnant. Pour cela, ne vous pressez pas de basarder votre riz. Discuter avec les partenaires, le département de l’agriculture pour que vous poussiez être bien orientés sur la vente. Cela vous permettra de vous acquitter des … prix sous forme d’engrais ou autres» a expliqué aux uns et aux autres le Premier ministre.

Le maire de Niono, Aboubacar Fomba et le directeur général adjoint de l’Office du Niger, Kalidi Kaloga ont unanimement souligné que le projet «initiative riz» a eu un impact important sur la campagne agricole du fait de la subvention de l’engrais (10 338 tonnes pour un montant de 2 592 millions de F Cfa), de l’achat et la remise à disposition de 70 motoculteurs à 175 millions de F Cfa, mais également de l’adaptation des données statistiques du plan de campagne agricole, 2008-2009, l’élaboration d’un plan opérationnel de mise en œuvre du programme, la tenue de différentes réunions d’information et de sensibilisation, etc.

De leur point de vue, le projet permettra de réduire considérablement la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations rurales grâce à l’accroissement de la production et de la productivité. Le porte-parole des bénéficiaires des mini-rizeries, Amady Coulibaly et le délégué des producteurs Daou ont promis au Premier ministre de mettre tout en œuvre pour sensibiliser les gens à payer les dettes d’engrais pris. Nous reviendrons sur l’étape de Dioro.

H. B. F.

29 Octobre 2008