Partager


Hier, au cours d’une Conférence de presse, l’échec programmé de l’Initiative riz a été vendu aux journalistes dans l’emballage d’un « test pour l’avenir ». Déficit de semences estimé à 1 900 tonnes, sur un besoin de 500 motoculteurs, seulement 70 ont pu être fournis aux paysans de l’Office du Niger, où la production de 750 000 tonnes est attendue sur les 1 618 323 tonnes de l’Initiative riz…

Autant de zones d’ombre à l’instar de la passation de marchés douteux sur l’engrais. Tout cela se résume aux aléas, qu’il est demandé de comprendre sous le prisme d’un « test pour l’avenir » et non celui de l’échec d’un gouvernement.

Au cours de la conférence de presse animée par le ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré, hier, au Grand hôtel de Bamako, les journalistes ont été prévenus : “L’initiative riz est un test comme l’est la campagne agricole 2008-2009.

La réussite de cette année va conditionner celle des années à venir. Nous avons commencé avec des difficultés dont les plus importantes sont liées à la nature même de l’innovation.

Au jour d’aujourd’hui, nous pouvons dire que nous avons surmonté l’essentiel des difficultés. Il en existe encore.

Il en existera tant que ne sera pas bouclée la campagne agricole. Nous avons bon espoir que les objectifs fixés seront atteints”.

Sur les 3490 tonnes de semences prévues, 1500 tonnes sont inventoriées, donc cette campagne enregistre un déficit de 1900 tonnes de semences. Le ministre en a déduit que cela représente 57 000 tonnes de riz qui ne seront pas produites. Concernant le matériel, la distribution normale des motoculteurs, insuffisante cette année, est différée à l’année prochaine.

70 motoculteurs ont été acquis par l’Office du Niger ; or, nous a indiqué le ministre de l’agriculture, les paysans ont exprimé des besoins qui se chiffrent à 500 motoculteurs. Les ressources humaines sont insuffisantes, malgré le recrutement de 102 agents. Tiémoko Sangaré a indiqué qu’il avait été presque traumatisé par le manque d’engrais, avant la signature du contrat avec Toguna.

Les négociations infructueuses avec la CMDT ont duré 5 à 6 mois. Il a fallu à l’Etat de se jeter à l’eau en achetant des engrais liquides dont la qualité n’est pas certifiée. Autant dire que l’initiative riz, a démarré en catastrophe. Au fur et à mesure que le plan d’action était mis en œuvre, M. Tiémoko Sangaré gagnait en confiance et promet, même s’il reste encore des zones d’ombre, une bonne campagne agricole.

Il a donc rappelé les objectifs de l’initiative riz, qui, à l’horizon 2012, permettront, a-t-il dit, de produire 10 millions de tonnes de céréales par an. Le financement global prévu s’élève à 42 650 000 000 et l’Etat a contribué à hauteur de 9,42 milliards Fcfa pour les engrais subventionnés, 934,2 millions au titre de la subvention des semences, 701 millions en préfinancement des équipements et 325 millions pour l’appui conseil.

Des financements sont attendus des partenaires tels que le Canada, les Pays-Bas, le PNUD, la FAO, la Grèce, la BAD etc. Pour la campagne 2008-2009, le plan d’action a retenu une production de 1 618 323 tonnes de paddy, 1000 000 tonnes de riz marchand et 100 000 tonnes commercialisables. Les engrais, a précisé le ministre, seront payés à 12 500 Fcfa le sac de 50 kg aux producteurs. Le besoin total d’engrais est estimé 67 300 tonnes de DAP.

Les stocks disponibles, selon Tiémoko Sangaré, sont évalués à 22 000 tonnes d’urée et 1000 tonnes de DAP. La stratégie retenue dans le cadre de l’initiative riz se base sur l’intensification agricole par l’utilisation des intrants, le choix du riz irrigué et du riz Nérica, la subvention des intrants, le développement de la mécanisation agricole et le renforcement de la capacité de l’encadrement.

Cette stratégie laisse d’inquiétants signes pour la présente campagne, puisque les semences en riz Nérica sont insuffisantes, la mécanisation agricole n’est pas satisfaisante, les agents d’encadrement ne peuvent couvrir les besoins sur le terrain. Autant de questions en suspens qui demeurent des zones d’ombre pour l’atteinte des objectifs de cette initiative riz, malgré l’optimisme affiché, en cours de campagne, par le ministre Tiémoko Sangaré.

Baba Dembélé

01 Aout 2008