Partager

Réponse structurelle à la crise actuelle du riz dans notre pays, tel est le sens de l’Initiative Riz 2008 / 2009 conçue par le gouvernement pour faire face à la hausse généralisée des prix des céréales et à la poursuite de cette tendance dans les années à venir.

Ce plan d’action engagé par le gouvernement pour la campagne 2008 / 2009 est une étape vers la réalisation de la volonté exprimée dans le PDES du président de la République de faire du Mali une puissance agricole.

Son opérationnalisation s’appuie également sur les stratégies prônées dans la Déclaration de politique générale du Premier ministre, à savoir accroître la productivité des différents systèmes de production par une intensification agricole et valoriser les filières agricoles en y apportant de la valeur ajoutée par la mise en œuvre des unités de transformation adaptées et performantes.

La production ainsi attendue du riz pour la campagne 2008/2009 est de 1 618 323 tonnes, soit une hausse de 50% par rapport à la campagne 2007/2008. Cette situation permet de dégager une production de riz marchand de l’ordre de 1 million de tonnes. Elle couvrira les besoins alimentaires internes du pays (900 000 tonnes) et dégagera un excédent commercialisable de 100 000 tonnes.

La mise en œuvre du programme sera focalisée sur une intensification de la production au niveau des superficies exploitables. Pour ce faire, les facteurs privilégiés sont les engrais, les semences et l’eau. La disponibilité et l’accessibilité aux engrais constituent le facteur le plus incitatif pour l’adhésion des producteurs au processus de production.

Le service appui conseil est également pris en compte pour la sensibilisation des producteurs et le suivi de l’opération. Le gouvernement s’engage plus.
En raison de la production attendue, des équipements de post -récolte seront mis à la disposition des groupements de producteurs tant pour la récolte que pour la transformation.

Le dispositif de commercialisation sera orienté vers la mise en relation des groupements de producteurs et des opérateurs privés. Côté financement, en raison de la volonté du Gouvernement de faire de la campagne 2008/ 2009 une campagne de réponse nationale à la crise du marché international du riz, une subvention globale de 10,71 milliards, et un préfinancement des équipements pour 701 millions seront accordés par l’Etat sur un coût global de l’opération estimé à 42,65 milliards.

Pour le financement du plan d’opération de l’Initiative Riz, les mesures exceptionnelles du Gouvernement portent entre autres sur : en matière d’équipements ; l’Etat mettra les équipements à disposition des organisations paysannes à crédit. Le coût de ces équipements est estimé à 701 millions. Il apportera un appui au fonctionnement de la station de pompage de la plaine de San Ouest à hauteur de 32 millions de F.CFA.

Dans le cadre de l’appui conseil, l’effectif sera renforcé avec un équipement complémentaire de 200 motos et leur fonctionnement pour un coût de 325 millions de F.CFA. Il sera recruté 102 agents de base. Pour le financement de la commercialisation, le dispositif de commercialisation sera soutenu par un appui aux groupements qui se distinguent dans la commercialisation par leur niveau d’organisation et de performance.

L’objectif de production du plan d’opération de l’Initiative Riz 2008/2009 est de 1,6 million de tonnes de paddy, soit 1 million de tonnes de riz marchand. Cette production couvre les besoins de consommation interne et dégage un excédent de 100 000 tonnes de riz marchand.

Le coût total de l’Initiative Riz est de 42,65 milliards F.CFA dont 10,71 milliards de F.CFA de subvention orientée principalement sur les intrants (semences et engrais) et l’appui conseil.
L’appui en équipements se fera sous forme de crédit aux organisations paysannes.
Le financement de la subvention sera assuré en partie par la réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat, avec 5 milliards de nos francs.

La valeur de la production est estimée à 300 milliards de F.CFA. (Pour 300 F.CFA le Kg de riz marchand).
L’opération dégagera des impacts positifs certains pour le producteur, le consommateur et pour l’économie nationale.

Avec cette heureuse initiative, le gouvernement entend d’une part assurer l’autosuffisance alimentaire, d’autre part faire du Mali un pays exportateur de riz. Car de plus en plus, les pays asiatiques, exportateurs de riz, comme la Thaïlande, n’approvisionnent plus le marché mondial. Or, notre pays a d’énormes atouts dans le domaine de la production rizicole.

Restait seulement à engager des actions novatrices pour faire du Mali ce grenier qu’il était jadis. Le Gouvernement semble l’avoir compris avec cette « Initiative riz ».

Et la réussite d’une telle initiative, au-delà du Gouvernement, engage tous les Maliens.

Ali Rida

21 avril 2008.