Partager

A tous les niveaux, les producteurs déplorent l’absence de semences du riz pluvial à production facile et à haute productivité, le fameux Nerica (New rice of Africa) dont l’initiative prise par le Premier ministre, a suscité un espoir éphémère. Le temps qu’on se rende compte que le rêve est tardif pour cette campagne.

Un recadrage de l’initiative a permis de se tourner vers le riz tout court, qu’il soit africain ou asiatique. Cependant les mesures prises, notamment la disponibilité de l’engrais et de l’eau ont donné du tonus aux laborieuses populations. C’est le cas dans les secteurs de l’ODRS visités par Modibo Sidibé le 26 juillet dernier.

L’annonce faite par le Premier ministre Modibo Sidibé, de faire produire pendant la campane en cours 1 million 618 323 tonnes de riz, en mettant à la disposition des producteurs les moyens qu’il faut, a fait échos dans les coins les plus reculés des zones de production du riz.
Le PM qui avait misé sur le Nérica n’a pourtant pas renoncé à son projet malgré l’échec constaté dans l’approvisionnement des semences de Nerica.

Comme par enchantement, le Nerica a manqué partout à l’appel. Alors le PM s’est rendu compte que ce qu’il ambitionne de faire était possible depuis tous les temps.

Il fallait se tourner vers les populations laborieuses. Il semble que l’objectif annoncé est presque possible en fournissant des fertilisants en quantité suffisante à tout les producteurs sans exception et en libérant l’eau dans les zones de maîtrise totale.

C’est à cela que Modibo Sidibé s’attelle aujourd’hui. Il lui arrive de descendre dans les champs et de repiquer quelques pieds de riz comme on le voit ici sur la photo dans le périmètre aval de Sélingué, le samedi 26 juillet.

Le PM a effectué cette visite dans la zone de l’office de développement rural de Sélingué (ODRS) en compagnie de trois ministres, à savoir Mme Diallo Madeleine Bâ, ministre de l’Elevage et de la Pêche, Sadio Gassama, ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile.

Il y avait enfin Tiemoko Sangaré, celui-là même qui détient le portefeuille de l’Agriculture et dont il a la pleine mesure de la mission. Le gouverneur de Koulikoro, Soungalo Bouaré s’était joint à cette délégation qui a été reçue à Sélingué par Ibrahima Siby, Directeur Général de l’ODRS.

Les premiers champs visités ont été semé à la volée et concernait 10 ha dont 2,5 ha en Nerica, un riz à cycle court de 90 jours. Le reste, soit la plus grande partie était en IR 32-307, une autre variété de riz appelé Wassa et dont le cycle est de 110 jours, explique Gaoussou Mamari Traoré, Chef de Division production agricole de l’ODRS.

Ce sont des riz de bas fonds qui n’ont pas besoin d’être inondé pour réussir. Dans cette région, il pleut 1 100 mm d’eau et cela suffit.

Aussi bien les producteurs que les techniciens nous affirment que la campagne est en avance par rapport à l’année dernière. « Nous avons mis d’autres variétés à la place du Nérica, mais nous avons des difficultés liées à l’insuffisance des matériels agricoles », explique un producteur au Premier ministre.

Modibo Sidibé a visité les différents secteurs de l’ODRS où l’activités dominante en cette période de la campagne est le repiquage. Quelques rares producteurs sont au battage de leur récolte de contre-saison. Dans le périmètre aval de Sélingué, la variété Adny 11 domine. Ici, le canal principal d’irrigation, long de 4 000 m, présente des défaillances, compromettant l’approvisionnement de 300 ha.

Les périmètres en amont de Sélingué qui concernent les quatre secteurs de Manincoura ont été visités par le PM. Accueilli au village de Manincoura avec du riz paddy, mais aussi des fruits (mangues, bananes, oranges et arachides), le PM a enregistré beaucoup de doléances concernant les matériels agricoles.

Une manière de lui dire que l’engrais et l’eau ne suffisent pas pour réaliser une production de l’envergure de l’initiative riz. Tel était le sens du message porté par le maire Fagadan Kéïta.

Selon Modibo Sidibé, c’est la première fois qu’il a été prouvé qu’on peut rendre l’engrais disponible à un prix bas. Il a promis une batteuse et une décortiqueuse pour cette année, tout en remettant à l’année prochaine le motoculteur. Le centre de santé demandé par les femmes a été également remis aux calendes grecques par le PM (Nous y reviendrons)

B. Daou

29 Juillet 2008