Partager

Actuellement, l’ensemble des producteurs de la zone d’intervention de l’ODRS vivent à l’heure de l’Initiative riz. C’est du moins le constat fait dans ladite zone, ce samedi 26 Juillet 2008, par le Chef du Gouvernement Modibo Sidibé lui-même, suite à une visite qu’il a effectuée sur le terrain, en compagnie d’une forte délégation composée, entre autres, des ministres de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, d’agents de services techniques, et d’autorités politiques et administratives de Koulikoro et Sikasso.

Dans cette zone, le constat est unanime : l’ensemble des producteurs sont convaincus du bienfait de l’Initiative riz du Chef du Gouvernement. Aussi sont-ils déterminés à le soutenir. En visitant cette zone qui couvre l’ensemble du bassin du système du Sankarani, nul doute que le Premier ministre ne s’attendait pas à ce qu’il a constaté, car quelques semaines seulement après le lancement de l’Initiative riz, tout le monde s’était mis à l’oeuvre : producteurs et encadreurs de l’ODRS.

Rappelons que l’Office de Développement Rural de Sélingué (ODRS) est un service créé par la Loi n°96-42 du 7 Août 1996 et doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Entre autres missions, son objectif est de promouvoir le développement des cultures sèches et irriguées ;

assurer le conseil rural et la formation ; assister les organisations et “tons” villageois, et les groupements ruraux ; valoriser la retenue du barrage par la réalisation et la gestion d’ouvrages portuaires ; gérer l’eau du périmètre aval et les terres aménagées ou à amenager ; assurer l’entretien et la maintenance du réseau d’irrigation de drainage et des ouvrages (périmètres actuels et futurs).

La zone couvre l’ensemble du bassin du Sakarani et comprend singulièrement les plaines du Balé et du Sankarani (en amont du lac de retenue), le lac de retenue, sa zone d’inondation et les périmètres aménagés au pied du barrage, la vallée du Sanakarani et ses plaines inondables aménagées ou à amenager, en aval du barrage, jusqu’à la confluence avec le fleuve Niger. Elle est située à cheval sur les régions de Koulikoro et Sikasso, soit les cercles de Bougouni, Kangaba, Kati et Yanfolila.

Le potentiel aménagé de cette zone est constitué de deux périmètres en maîtrise totale : Sélingué (1350 hectares) et Maninkoura (1094 hectares), totalisant 1650 hectares de parcelles rizicoles actuellement exploitées en double culture. C’est d’ailleurs ces deux localités (Sélingué et Maninkoura) qui ont reçu le Premier ministre Modibo Sidibé et sa délégation, ce samedi 26 Juillet 2008.

A Sélingué, avant de se rendre dans les champs, le Premier ministre a été accueilli par les autorités politiques et administratives et les chefs traditionnels. Quelques instants plus tard, la délégation a visité les champs rizicoles.

En premier lieu, le Premier ministre Modibo Sidibé a été reçu par le producteur Broulaye Touré dans son champ de 1 hectare 50 compris dans une surface aménagée de 200 hectares, sur un rayon de 6 kilomètres du village de Tiakadougou-Dialakoro.

A côté de celui de Broulaye Touré se trouve le champ de Badjan Koné, un autre exploitant de la zone qui a également reçu la visite du Chef du gouvernement. Ce dernier a entretenu des échanges directs avec eux.

Les deux producteurs ont saisi l’occasion pour lui expliquer leurs différentes préoccupations, qui ont déjà commencé à être prises en compte, avec la disponibilité de l’engrais subventionné. “Mon ambition était de faire un champ de 4 hectares ; mais en raison des difficultés rencentrées pour les semences, je me suis finalement décidé à cultiver une surface d’un hectare”, a confié Broulaye Touré au Chef du gouvernement qui, par la suite, s’est rendu au secteur 16/20 de Sélingué où se trouve le champ de Mambé Yaré occupé par les femmes pour le repiquage.

Et là, le Chef du Gouvernement a enlevé ses chaussures pour porter des bottes et… aller lui-même faire le repiquage aux cotés des femmes. Le geste a été salué et par les femmes du champ, et par les producteurs. Après cette visite du champ de Mambé Yaré, le Premier ministre et la délégation a mis le cap sur la station de pompagne située au secteur 2. Mais auparavant, un arrêt a été observé par la délégation pour visiter un champ appartenant à Fodé Traoré.

La délégation a pu visiter une batteuse en pleine activité dans ce champ rizicole, pour le battage sur place du riz de contre-saison. Mais sur la route de la station de pompage située au secteur 2, le Premier ministre a pu se rendre compte de l’effondrement d’une partie du canal principal d’irrigation des périmètres situés dans la zone et où des ouvriers s’étaient attelés à la tâche, pour la réfection.

Non loin de là se trouve également un magasin d’intrants qui contient déjà un stock de 240 tonnes, et que le Chef du Gouvernement a tenu à visiter. C’est aux environs de 11 heures que la délégation est arrivée à la station de pompage du périmètre irrigué de Maninkoura. C’est cette station qui assure l’irrigation des quatres secteurs dudit périmètre.

Le secteur I contient 214 ha; le secteur II, 167 hectares, le secteur III, 318 hectares, et le secteur IV, 395 hectares. Soit un total de 1094 hectares de périmètre irrigué, dont la couverture est assurée par cette station. Une infrastructure réalisée grâce au financement du gouvernement malien et le Fonds Africain de Développement.

Une fois la visite de cette infrastructure terminée, le Premier ministre a mis le cap sur le village de Maninkoura, où les populations s’étaient mobilisées pour l’accueillir, en présence des autorités politiques et administratives. Aussi, c’est dans un bain de foule que Modibo Sidibé a été accueilli par le Chef de village et le maire Faganda Keïta. Par leurs voix, les populations ont toutes affirmé leur adhésion à l’Initiative riz, devant le Chef du gouvernement. En réaction, Modibo Sidibé leur a tout d’abord exprimé sa reconnaissance, pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé.

Le Chef du gouvernement a ensuite saisi l’occasion pour les exhorter au travail de la terre; car la terre ne ment pas, dit-on. Dans son intervention, le Premier ministre a expliqué aux populations tous les atouts dont le Mali est doté : la terre, l’eau, les hommes…

Des atouts qui, aux dires du Chef du gouvernement, sont des ressources qu’il faut exploiter. Ici, les doléances exprimées au Premier ministre se sont résumées en batteuses-décortiqueuses, motoculteurs et équipements pour le Centre de Santé. En plus de ces équipements, les populations sollicitent surtout l’électrification dudit centre.

Au retour à Sélingué, le Premier ministre, avant de s’entretenir avec l’encadrement technique de l’ODRS, a tout d’abord visité le magasin des intrants. L’entretien du Chef du gouvernement avec les différents agents de l’ODRS avait surtout trait aux producteurs, à l’administration générale, aux revendeuses de riz, au système de finances décentralisées, aux ONG oeuvrant dans la filière et aux partenaires de l’ODRS.

La conférence de presse a tout d’abord débuté par une intervention du Directeur de l’Office, M. Ibrahima Siby. Cette intervention était surtout axée sur une présentation de son service, les potentialités rizicoles de la zone, l’organisation et l’exploitation des périmètres irrigués, et la mise en oeuvre de l’Initiative riz au niveau de la zone ODRS.

Cette mise en oeuvre est surtout basée sur des objectifs que le Directeur de l’ODRS a énumérés, et qui concernent la saison 2008 et la contre-saison 2009. Quant à la stratégie de mise en oeuvre expliquée par le Directeur de l’ODRS, elle est essentiellement bâtie autour de la situation des emblavures (terres ensemencées), l’approvisionnement en semences sélectionnées, et l’approvisionnement en engrais.

Les mesures prises pour juguler les contraintes de l’atteinte des objectifs de l’Initiative riz en zone ODRS ont également été expliquées au Chef du gouvernement par le Directeur de l’Office, qui a toutefois profité de l’occasion pour évoquer les perspectives pour soutenir la progression continue de la production rizicole au niveau de la zone.

Selon le Directeur de l’ODRS, il s’avère aujourd’hui impérieusement nécessaire de relever le défi de la souverainété alimentaire. Tout en saluant cette Initiative chère au Chef de l’Etat et au Premier ministre, les producteurs de Sélingué, par la voix de leur président, M. Fodé Traoré, ont exprimé leur reconnaissance au Gouvernement, pour les avantages qui leur ont été offerts par rapport à la problématique des intrants.

Aussi, tout en s’adressant aux participants de la rencontre, le Premier ministre a expliqué que “tout ce qui peut faire avancer le pays sera un axe prioritaire du gouvernement”. Aussi a-t-il déclaré : “L’agriculture, élément moteur de notre croissance, passe par la maîtrise des intrants, le marché, l’expansion des insfrastructures et la mécanisation“. C’est pourquoi le Chef du gouvernement prône la transparence, dans le système d’approvisionnement de ces instrants.

Nous devons aujourd’hui faire en sorte que toutes les contraintes soient des opportunités pour le pays”, a déclaré le Premier ministre Modibo Sidibé. Selon lui, l’ouverture du phosphate de Télemsi s’offre comme une des meilleures solutions pour surmonter ces problèmes d’engrais rencontrés par les producteurs. Après avoir expliqué tous les efforts de l’Etat sur ces diverses questions, le Chef du gouvernement a surtout attiré l’attention des producteurs sur l’importance à accorder au respect du calendrier agricole.

Laya DIARRA, envoyé spécial

30 Juillet 2008