Partager

Lancé le jeudi 26 septembre au siège du Haut conseil des collectivités, lors d’une cérémonie présidée par le président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haidara, le nouveau programme de Cri 2002 « Initiative citoyenne » se veut l’établissement d’une collaboration forte et durable entre les collectivités territoriales et les autorités traditionnelles pour une gestion inclusive des affaires locales.

Un nouveau programme se met au service du développement local et de renforcement de la démocratie entre les élus locaux et les autorités traditionnelles. « L’initiative citoyenne » du Cercle de réflexion d’information pour la consolidation de la démocratie (Cri 2002), vient de démarrer officiellement, ce jeudi dans les locaux du HCC.

Cette initiative citoyenne de Cri 2002 est élaborée en partenariat avec le Haut conseil des collectivités, le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités territoriales, la coopération Suisse et les coordinations des chefs de quartiers du district de Bamako, de Sikasso et de Koutiala. Elle aura pour mission d’informer, de sensibiliser et de conscientiser sur la connaissance, l’état des lieux, les enjeux, les défis et les perspectives liés à la mobilisation des ressources internes des collectivités territoriales, notamment de la Taxe de développement régionale et locale (TDRL).

En clair, « Initiative citoyenne» est un programme devant proposer et adapter une stratégie de relance de la connaissance et du recouvrement de la TDRL, en s’appuyant sur les collectivités du Mali.
Pour Dr Abdoulaye Sall, président du Cri 2002, si les journées d’engagement publics organisées dans les cercles de Koutiala, Sikasso et du district de Bamako ont permis de convenir d’une compréhension commune des concepts de chefs traditionnels, coutumiers et religieux, et de définir les fonctions étendues de chacun d’eux dans le cadre de la consolidation de la démocratie et de la décentralisation, il reste à les accompagner à s’approprier de leurs droits et à assumer leurs devoirs d’intermédiation entre l’Etat et les communautés, conformément aux dispositions législative en vigueur. Et, dit-il, le programme mettra en place un dispositif de partage du plaidoyer/lobbying aux niveaux national, régional et local pour la relance de la connaissance du recouvrement de la TDRL.

Le président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haidara, a apprécié l’initiative à sa juste valeur. Pour lui, elle va renforcer les capacités des élus locaux et pallier les erreurs du leadership interne. « Il n’y aura pas de cohésion sociale, ni de réconciliation au Mali sans les collectivités. Et pour relever ses défis, il faut un renforcement de processus de la décentralisation et l’amélioration des conditions de vie des citoyens à l’intérieur », a expliqué, le président de Haut conseil des collectivités, M. Haidara.

Nabila Ibrahim Sogoba

L’Indicateur du Renouveau du 27 Septembre 2013