Partager

Micro finance et bonne gouvernance : analyse du rôle des élus des systèmes financiers décentralisée dans le District de Bamako ”. Ce thème rentre dans le cadre de la formation des travailleurs sociaux. Aussi, un étudiant de l’Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux (INFTS) et non moins agent des Eaux et Forêt de son état, M. Mahamane Alideye Maïga, l’a choisi pour soutenir son mémoire de fin d’étude, ce 17 Mai 2008.

En plus des membres du jury composé de son président, le Pr Sidiki Traoré, du directeur de mémoire, M. Oumar Traoré et de Mahamoud Dya Dicko, on notait la présence du président de l’URD, et non moins 1er vice-président de l’Assemblée nationale, le Pr Younoussi Touré, des responsables de la microfinance, de députés, des parents, amis et sympathisants dudit étudiant.


De la forêt à la microfinance

C’est dans le but d’élargir ses connaissances que l’agent forestier s’est inscrit à l’INFTS, dans la filière “Développement, cycle supérieur” Aussi, cette mention “Très bien ” des membres du jury a été sous-tendue par leur appréciation des efforts du candidat reçu : “Méthodique dans le travail présenté, éloquent dans les verbes, et pragmatique dans la recherche ” .

Malgré le caractère jugé “traqueur et repressif ” de cette vocation d’argent forestier, il n’a pas éloigné M. Maïga de ses milieux d’affectation. Si bien qu’il héritera du pseudonyme de “Sankama Maïga ”, un prénom que lui colleront derechef.les habitants du lieu dit.

Après avoir pris le temp d’étudier les causes de la pauvreté grandissante en milieu rural -témoins les efforts énormes que fournissent les villageois pour joindre les deux bouts-, l’agent forestier, Sankama Maïga, a perçu, dans la microfinance, une alternative à ce sombre tableau qui se dressait considérablement dans les zones rurales.

Il a été conforté dans cette conviction lorsque les caisses d’épargne et de crédit ont commencé à s’implanter en milieu rural. Aussi s’intéressa-t-il peu à peu à la microfinance, pour finalement devenir le client d’une caisse d’épargne et de crédit.

De simple client, Mahamane Alideye Maïga devient observateur, avant de devenir administrateur de caisse chargé de crédit. Aujourd’hui, il est le président du Conseil d’Administration du réseau d’épargne et de crédit “Kondo Jigima ”. Aussi a-t-il jugé nécessaire d’approndir ses connaissances dans la microfinance. D’où son passage à l’Institut National des Travailleurs Sociaux (INFTS).

Le choix de la gouvernance dans les systèmes financiers décentralisés comme thème de mémoire de fin d’étude est donc parti d’un constat : conflit de compétence ou d’intérêt entre techniciens et élus des institutions de microfinance. Un travers qu’il faut corriger au plus tôt, en vue de permettre à la microfinance de jouer pleinement son rôle.

Faire la transition entre la forêt et la microfinance, tel a été le pari que l’agent forestier a réussi avec brio. Aussi, le président de l’URD, M.

Younoussi Touré (sous la couleur duquel M. Maïga est élu à Ouéléssébougou), le directeur de l’INFTS, et non moins président du jury de la soutenence, le corps professoral et les étudiants de l’Institut n’ont pas manqué d’éloges à l’endroit du candidat primé.

Il fut un étudiant modèle de l’école, un étudiant modeste, dévoué, respectueux et surtout appliqué ”, dira le Directeur de l’INFTS. Des délégués venus d’anciens lieux d’affectation du forestier, n’ont pas manqué de qualificatifs pour parler de l’humanisme, du sens de partage et du respect du candidat.


Adama S. DIALLO

21 Mai 2008