Partager


CHAMPIONNAT NATIONAL D.1

La bonne percée du COB

La 20e journée s’est achevée le 9 Juillet 2008 à Bamako avec les deux derniers matches. Quant au match Djoliba-Stade, il fut réporté à cause de la Coupe CAF que les Rouges doivent livrer face au Club Africain de Tunis.

Magré tout, les deux équipes restent en tête du classement, respectivement 1er et 2e, avec 45 et 37 points. Mais on notera la bonne percée du COB qui est en train de venir en force, après un début chaotique. En effet, les verts occupent désormais la 3e place avec 35 points. Cela est dû à une serie de 6 victoires et d’un nul.

Du coup, l’AS Bakaridjan, après son nul face au CSK (1-1), se voit rétrogradée à la 4e place avec 34 points ; et son adversaire reste à la 5e place avec 31 points + 7. Malgré sa victoire sur le Débo, l’AS Réal reste 6e avec 31 points + 3; tandis que le Débo est 13e avec 13 points.

L’USFAS et les Onze Créateurs se sont séparés sur le score de 0-0, et occupent respectivement les 10e et 9e places, avec 21 et 26 points. Avec son nouveau coach, le guinéen Cheick O. Savané, l’ASKO, qui est allé battre le Stade de Sikasso chez lui (2-1), se place à la 7e place avec 28 points; tandis que l’équipe de Sikasso est calée à la 12e place avec 16 points.

Le Nianan et l’ASB se séparés sur le score de 0-0 et occupent les 14e et 8e places, avec 25 et 9 points. Le COB a battu le Duguwolofila (3-2) : les deux sont aux 3e et 11e rangs, avec 35 et 20 points au compteur. Comme on le voit, le championnat vient d’être relancé; et la bataille sera rude, en haut comme en bas.


MATCH COB-DUGUWOLOFILA

Un comportement inadmissible

Lors de la 20e journée du championnat entre le COB et le CS Duguwolofila, gagné par le COB (3 à 2), personne n’a compris le comportement d’un responsable du COB. En effet, à la mi-temps, son équipe (COB) menait par 3 à 0.

Au moment des consignes et des encouragements du coach à ses joueurs, le responsable en question s’est permis de critiquer sévèrement les joueurs, en les traitant de bons à rien. Souvent, il indexait certains joueurs qui, selon lui, doivent cesser de jouer au ballon. Or comprend, dès alors, l’énervement et la surprise du staff technique et des joueurs.

Ce comportement inadmissible de ce responsable doit être condamné. Car au lieu de doper les joueurs, ledit comportement a provoooqué une panique générale en leur sein. En effet, à la reprise de la 2e mi-temps, et en 8 minutes de jeu, le COB a encaissé 2 buts. N’eûssent été les maladresses et les précipitations des attaquants de Duguwolofila, le COB aurait été rejoint et même dépassé au score.

La prochaine fois, ce responsable ferait mieux de changer d’attitude, surtout que son équipe menait à la mi-temps.

ONZE CREATEURS DE NIARELA

Malick Fall aux commandes

L’équipe des Onze Créateurs de Niaréla qui évoluet en ligue 1 vient de connaître son 3e entraîneur. Après l’abandon de ses deux entraîneurs -Ibrahima Konaté “M’Bono” et André Uti-, les protèges de Sékou Maciré Sylla sont désormais sous les commandes d’un habitué de la scène footballistique, en la personne de Malick Fall.

Ce dernier, qui a été adjoint au sein du Djoliba AC, vient d’avoir sa chance en devenant le principal entraîneur. Nommé la semaine dernière, M. Fall a dirigé son premier entraînement le 7 Juillet et a fait son baptème du feu en championnat, face à l’USFAS. Et le début est flateur, avec un 0-0.

Il aura la lourde tâche de faire revenir, parmi les Onze Créateurs, ce football léché et ponctué de touches auquel ses joueurs sont habitués, et surtout, de terminer la saison en beauté. Rappelons que Malick Fall est venu, suite à la désertion de André Uti, alors qu’il percevait normalement son salaire et était dans les conditions idoines pour travailler correctement. Jusqu’à présent, André Uti n’a pas donné les raisons de sa désertion.

CONFRONTATION MAITRE-ELEVE

Les deux se sont séparés dos à dos

Au délà de l’enjeu, la rencontre entre l’USFAS et les Onze Créateurs de Niaréla, lors de la 20e journée du championnat, le 9 Juillet, était assez singulière. En effet, il y de cela quelques mois encore, les deux entraîneurs qui se trouvaient face à face étaient ensemble au sein du Djoliba.

Il s’agit de Fagnéry Diarra qui dirigeait l’USFAS et Malick Fall desOnze Créateurs. Le premier cité était le coach principal; et le second était son adjoint. Ce que d’aucuns ont qualifié de confrontation entre le maître et son élève. Finalement, les deux se sont quittés dos à dos, avec un score nul et vierge (0-0).

C’est dire que l’élève a bien appris auprès de son maître ; et que ce dernier peut se glorifier que l’enseignement donné a été bien reçu. Mais au finish, c’est le maître qui perd, car son équipe a beaucoup besoin de points pour se maintenir ; tandis que l’équipe de l’élève est déjà assurée de jouer la ligue 1, l’année prochaine. Surtout que c’est son début à la tête des Onze Créateurs.


MATCH CSK-AS BAKARIDJAN

Un président entraîneur !

Lors de ce championnat national de football, on aura tout vu et entendu soit de la part des joueurs, entraîneurs, arbitres et supporters, soit des présidents de clubs eux-mêmes. En effet, lors du match CSK-Bakaridjan qui s’est soldé par le score de 1 but partout, tout le public présent a vu comment le président du CSK a agi.

En effet, le CSK était mené par 1 à 0 ; et le match devenait de plus en plus difficile pour le CSK. Voyant que le staff technique n’était pas prêt à faire des changements, il est carrément descendu des tribunes pour venir… sur le banc de touche et exiger lesdits changements à son entraîneur. Mais le coach Samballa Sissoko est resté égal à lui-même.

C’est après que le CSK a obtenu l’égalisation, par un joli but de la tête. C’est ensuite qu’on y procéda à des changements. Malheureusement, ces changements n’ont rien apporté jusqu’à la fin du match. Et les gens, de se demander : allait-on assister à l’égalisation si les changements étaient effectués?

C’est dire que dans une équipe, chaque partie doit jouer son rôle. On ne peut pas être en même temps juge et partie. C’est dire aussi que, quelles que soient les circonstances, un président doit rester un président, et l’entraîneur doit rester l’entraîneur.


CONSEIL NATIONAL DE LA FEMAFOOT A SEGOU

Une fausse alerte


Le renouvellement du bureau fédéral, prévu en Août 2009 ,sera certainement disputé entre les prétendants, pour la possession de la FEMAFOOT. Mais, la semaine dernière, une fausse information avait circulé à Bamako, qui arguait que le conseil national de la FEMAFOOT se tient à Ségou.

Du coup, on aurait dit que l’ordre du jour allait être modifié pour demander un conseil extraordinaire, en vue d’élire un nouveau bureau fédéral. Ainsi, l’un des prétendants, qui avait confié la tâche à une personne célèbre du football malien pour mener la campagne dans les régions, avait déjà effectué le déplacement à Ségou.

Malheureusement, ni les régions censées censés voter pour eux, ni les membres du bureau actuel n’étaient présents à Ségou. Or, selon certaines indiscrétions, la personne en question avait reçu une somme d’environ 10 millions de FCFA.

Finalement, tout le monde s’est rendu compte que ce fut une fausse alerte. On comprend aisément toute la déception de ceux qui aspiraient à accéder aux commandes de la FEMAFOOT. D’abord ils voient leur argent partir en fumée ; ensuite, ils se voient perdre toute crédibilité vis-à-vis de l’opinion publique. RAppelons que trois groupes prétendants aspirent à diriger la FEMAFOOT, après la fin du mandat du bureau actuel.

BOURSE DE STAGE D’ENTRAINEUR

Moussa KEïta “Dougoutigui” retenu

Ça y’est ! Après un stage tenu depuis quelques semaines à Bamako entre les entraîneurs de Bamako, c’est l’entraîneur de l’AS Bakaridjan, Moussa Keïta “Dougoutigui“, qui a été retenu pour un stage en Allemagne. Ce pays entretient une coopération sportive avec le Mali dans le cadre de la formation des entraîneurs. Et depuis deux ans, l’Allemagne à son représentant dans notre pays qui assiste le football malien.


Rappelons que Dougoutigui fut un footballeur international avec les Aigles, avec une coupe Cabral 1989 à Bamako. Ensuite, il a connu une carrière professionnelle. C’est après qu’il fut entraîneur de l’AS Réal, du Mandé, des Onze Créateurs de Niaréla, et aujourd’hui, de l’AS Bakaridjan. Ce stage lui permettra donc de renforcer davantage ses compétences d’entraîneur.


STADE MODIBO KEITA

La pelouse se détériore

Décidément, la pelouse du Stade Modibo Keïta souffre énormément, de nos jours. En plus des nombreux matches et de l’effet de l’hivernage, le gazon est totalemen détérioré où on constate du sable à certains endroits du terrain. C’est que tous les matches de la fédération et de la ligue ont été joués sur le seul stade.

Aussi, les matches internationaux officiels des Juniors, des Cadets, des filles, et même certains matches amicaux internationaux y ont été disputés. Sans oublier les concerts et les activités réligieuses. Aussi, face à cette triste réalité, les responsables du Stade ont voulu faire reposer le terrain de 72 heures, pour permettre la rencontre du match Mali-Tunisie, dimanche dernier, en match retour des éliminatoires CAN Juniors.

Du coup, le match de championnat en retard de la 18e journée, entre le Réal et l’ASKO, initialement prévu le 10 Juillet 2008, a été reporté à une date ultérieure, ainsi que les matches de la 2e division de la ligue de Bamako. Or, à Bamako, il y a deux terrains, en attendant l’ouverture officielle du Stade Mamadou Konaté, avec son gazon synthétique.


MATCH MALI-TUNISIE

Les arbitres sont connus


Dans le cadre du match retour à Bamako, entre le Mali et la Tunisie, en éliminatoires CAN Juniors, les arbitres étaient Béninois. Pour le compte de la coupe CAF entre le Club Africain de Tunis et le Djoliba AC qui s’est déroulé en Tunisie, les arbitres sont Guinéens.

FOOT FEMININ

Les Super Lionnes, presque championnes 2008


La 17e et avant-dernière journée de la fin du championnat du District vient de se jouer. Et tous les regards étaient rivés sur la rencontre Réal-Super Lionnes à Djicoroni-Para. En effet, pour espérer sur le titre, le FC Amazones devrait miser sur une défaite ou un nul des Super Lionnes, et en gagnant son match. Malheureusement, les protégées du président Chérif n’ont pas été entendues par les dieux du stade.

Du coup, les Super Lionnes se dirigent inexorablement vers leur énième sacre, depuis l’institution de ce championnat de District. Conscientes de l’enjeu du match, les joueuses de Hamdallaye sont restées concentrées tout au long des 90 minustes. Ainsi elles vont ouvrir le score par Fatoumata Doumbia “Raul”, un vrai chef-d’oeuvre de but, ponctué d’un sang froid et d’une aisance technique.

Quelques minutes plus tard, à la faveur d’une course de près de 40 mètres, Fatou N’Diaye trouvait le fonds du petit filet. C’est sur le socre de 2 à 0 que la mi-temps intervient. Au retour des vestiaires, les Scorpionnes tentèrent de sortir leur venin, qui a failli avoir raison. Amenées par l’intenable Binta Diarra, le Réal domina le match, mais sans succès.

A la suite d’une contre-attaque, “Raul ” (encore elle) trouvait le côté opposé de la gardienne réaliste, pour le 3e but. C’est Fatoumata M’Bam Diarra qui, comme à l’accoutumée, marquera le 4e but sur coup franc, comme elle seule en a le secret. Sans se décourager, les réalistes seront récompensées dans les arrêts de jeu, en réduisant le score. C’est sur le score de 4 à 1 que la partie a pris fin.

En une journée de la fin, on peut dire, sans risue de se tromper, que les Super Lionnes sont presque championnes, même si un match de football reste un match de football. Rappelons que la dernière rencontre opposera les Super Lionnes au Super Club, une équipe occupant la dernière place. C’est dire que quels que soient les résultats des autres équipes, les Super Lionnes ne peuvent pas être rejointes à la tête. Surtout que ledit match se joue à Hamdallaye.

Rassemblées par Sadou BOCOUM

14 Juillet 2008