Partager

Les internautes maliens rencontrent de nombreuses difficultés qui ont pour nom le coût élevé de la communication provoqué par l’utilisation de la bande passante internationale et la saturation de celle-ci, l’insécurité des données, entre autres.

Pour résoudre tous ces problèmes, l’Association des fournisseurs de l’Internet au Mali (Afim-Mali) a décidé de s’impliquer en prenant ces questions à bras-le-corps. Les membres ont fait de leur préoccupation majeure la création d’un « Point d’échange » au Mali.

Raison pour laquelle s’organise du 31 mai au 1er juin, au siège de l’Agetic, un atelier sur les points d’échanges. Organisé à l’intention des fournisseurs Accès Internet (FAI) du Mali, ce séminaire est le fruit d’une collaboration entre l’Association des fournisseurs Internet au Mali (Afim) et Afrispa/Catia.

On notait la présence à la cérémonie d’ouverture, du représentant du ministre de la communication et des nouvelles technologies. Une trentaine de participants bénéficient de cette formation parmi lesquels des consultants, des facilitateurs représentant une variété d’acteurs du secteur public, de la société civile et du secteur privé.

La formation comprend le processus de prise de décision relative à la mise en place d’un « Point d’Echange Internet » (Internet exchange Point) et des échanges sur l’association des fournisseurs d’accès Internet du Mali.

L’atelier vise deux objectifs majeurs, selon le Directeur général de Cfib international et représentent de Afim, Oumar Touré. Il s’agit de doter le Mali d’un Point d’Echanges Internet et de susciter la création d’une synergie entre les fournisseurs d’accès nationaux par le biais d’une redynamisation de l’association des fournisseurs Internet du Mali (Afim) affiliée à Afrispa.

L’un des premiers résultats attendus de ce séminaire, souligne t-il, est l’engagement des participants de procéder à la création d’un « Point d’Echange Internet ». Ce qui constituera une avancée majeure dans l’évolution de l’Internet dans notre pays. Un tel point d’Echange va doter les fournisseurs de moyens d’offrir des services de meilleure qualité et plus sécuritaires. Il permettra d’éviter que les courriers électroniques conçus au Mali et à destination du Mali soient obligés de quitter le territoire national avant d’y revenir.

Le Point d’échange contribuera également à la désaturation de la bande passante internationale et par conséquent à la réduction des coûts de communication, à la sécurisation des données maliennes et partant à la préservation de la souveraineté nationale dans le cyber espace.

Au cours de cet atelier, deux sessions parallèles sont organisées : une consacrée à la redynamisation de l’Association des fournisseurs Internet du Mali et l’autre beaucoup plus technique est dédiée aux techniciens et ingénieurs pour les routines de la mise sur pied et du fonctionnement d’un Point d’Echange.

Boukary Daou

1er juin 2006