Partager

L’érosion hydrique fait des sans abris

La Commune rurale de Lakanguémou dans la région de Kayes est fortement menacée aujourd’hui par l’érosion hydrique. Le marigot qui traverse le village est soumis à ce phénomène. Chaque année, elle fait de nombreux sans abris. Cette année, l’on dénombre 15 maisons aux alentours du marigot qui se sont effondrées du fait de l’érosion hydrique. Les victimes ont élu domicile chez des voisins et ceux qui ont assez de moyens sont en train de construire de nouvelles maisons. Les populations de Lakanguémou s’inquiètent de l’avancée de l’érosion hydrique. C’est tout le village qui est menacé si rien n’est fait.

De l’eau bénite pour Lakanguémou ?

A Lakanguémou, pour déboucher sur de l’eau en creusant un puits, il faut 25 à 30 m. Mais la semaine dernière le puits qui a été réalisé dans la cour du campement a débouché sur de l’eau à moins de 2 m. Cette eau a une spécificité car, apprend-on, elle traite toutes les maladies. C’était la ruée la semaine dernière dans la cour du campement qui pour remplir son bidon, qui pour faire le plein de son sceau. « J’ai trouvé des bidons remplis dans notre famille. Les gens se lavent et boivent l’eau en question qui serait un remède contre les maux dont souffrirait quelqu’un », a témoigné un villageois. En tout cas, la découverte de cette eau a poussé bon nombre de familles à remplir les bidons pour les garder.


Route Kayes-Yélimané : le goudron emporté

L’espoir suscité par la construction de la route Kayes-Yélimané s’estompe petit à petit. En effet, une bonne partie de cette route a cédé sous l’effet des eaux. Il se dit de plus en plus que ceux qui ont exécuté les travaux, n’y ont pas mis de sérieux. En voyant les parties endommagées, l’on se rend compte que là où devait être dressé un pont, du fer ou des poteaux, c’est du sable qu’on a mis pour ensuite le couvrir avec du goudron. A l’arrivée de l’hivernage, les parties non solides ont été emportées par les eaux de pluie. Ce que tout le monde regrette aujourd’hui, ce sont des milliards du contribuable qui sont partis en poussière. Et l’honorable député Mamadou Hawa Gassama a de quoi interpeller pour situer les responsabilités.

20 novembre 2007.