Partager

La session du mois d’avril de l’Assemblée nationale, ouverte le 13 avril dernier, s’est poursuivie jeudi en une plénière qui a adopté deux résolutions. L’une rejette l’indépendance de l’Azawad et l’autre dénonce les arrestations arbitraires de personnalités civiles et militaires.

C’est par 129 voix que les députés en session plénière jeudi 19 avril ont rejeté la déclaration d’indépendance de l’Azawad par des rebelles touaregs. Dans les débats, les députés ont formellement réaffirmé le principe de l’unité et de l’indivisibilité du territoire.

Ils ont recommandé aux autorités nouvellement installées de prendre toutes les dispositions nécessaires rapidement pour reconquérir les villes occupées. Younoussi Touré, 1er vice-président et président de l’Assemblée nationale par intérim, a invité tous les Maliens à l’union sacrée pour bouter hors du territoire les assaillants.

Dans la seconde résolution, les députés ne sont allés par le dos de la cuillère pour dénoncer et condamner les arrestations de personnalités qu’ils ont qualifiées d’arbitraires non compatibles avec l’Etat de droit. Parmi les 22 personnes arrêtées par les militaires membres de la junte figurent deux députés, les honorables Ibrahima Dianesy et Me Kassoum Tapo. Si l’honorable Ibrahima Dianesy a recouvré sa liberté, Me Tapo reste encore détenu par les militaires.

Les conditions d’arrestation de ce dernier ont été particulièrement dénoncées. D’autant plus qu’elle s’est déroulée en la résidence du président intérimaire.

Denis Koné

20 Avril 2012