Partager

Le principal groupe de santé privé en Afrique du Sud, Netcare, son PDG et cinq chirurgiens ont été inculpés pour avoir transplanté les reins achetés à des Brésiliens et des Roumains pauvres sur de riches Israéliens, rapporte la presse jeudi.L’hôpital privé Sainte Augustine de Durban (sud-est), géré par le groupe Netcare, est également poursuivi pour ces 109 opérations pratiquées en son sein entre 2001 et 2003, précise le quotidien The Star.Les reins « ont d’abord été fournis par des Israéliens, mais des Roumains et des Brésiliens ont ensuite été recrutés parce que leurs reins coûtaient beaucoup moins cher », selon le procès-verbal, publié dans le journal The Times.La police sud-africaine avait ouvert une enquête en 2005 contre l’Israélien Ilan Perry, soupçonné d’être le cerveau du trafic. Ce dernier a accepté récemment de coopérer avec la justice, ce qui a permis de procéder aux inculpations.Dans un communiqué, le groupe Netcare et son PDG Richard Friedland ont « nié vigoureusement toute exaction ».
« Pendant plusieurs années, nous avons pleinement coopéré avec la police sud-africaine et fournit de nombreux documents aux inspecteurs. Nous sommes très surpris et déçus de voir que le procureur a jugé nécessaire de nous inculper », écrivent-ils.Tous les pays, sauf l’Iran, interdisent la vente d’organes humains contre de l’argent, selon The Times. Seuls les dons entre parents ou de personnes décédées sont légaux.AFP.