Partager

Le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants (OCS) a procédé à l’incinération des drogues et des produits pharmaceutiques le lundi 1er juillet 2019 à Dio Gare. C’était sous l’œil vigilant du procureur du pole judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée Boubacar Sidiki Samaké.

Comme à l’accoutumé, l’office central des stupéfiants procède à l’incinération des stupéfiants. Cette incinération est effectuée dans le cadre de la célébration du 26 juin, journée mondiale de lutte contre la drogue.

Les produits incinérés sont : 8 tonnes 163 078 kg de cannabis, 7,6kg d’héroïne, 2,250kg de cocaïne ; 4,6kg de métanphitamine, et 2tonnes 775kg de produits pharmaceutiques contrefaits.

Dans son intervention le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants Adama Tounkara a exprimé la volonté politique des autorités à lutter contre l’importation et la consommation des stupéfiants. Selon lui, la création de l’office, l’arrestation et l’incinération des produits saisis, sont des parfaites illustrations. L’occasion était inopinée pour lui d’évoquer l’ampleur du trafic des stupéfiants au Mali. Pour le Directeur, les produits saisis augmentent chaque année. Selon ses dires, la quantité incinérée s’élevait à 3 tonnes, contre 7 tonnes en 2018 . Cette augmentation des produits saisis s’explique selon les dires du directeur par l’implication de toutes les forces de l’ordre dans la lutte contre l’importation des stupéfiants.

Le Directeur n’a pas caché la complexité de la lutte contre la drogue et assimilés. « Tous les pays sont exposés aux trafics et aux consommations des drogues ». Pour lutter contre ce fléau une synergie d’actions s’impose a affirmé le directeur de l’OCS Adama Tounkara. C’est pourquoi il a exhorté l’accompagnement de la population. « Les trafiquants ont plusieurs modes opératoires, qui échappent souvent aux forces de l’ordre. Les informations données par la population aux forces de l’ordre permettront de mettre la main sur les produits et les trafiquants » dixit le Directeur Tounkara. Des campagnes de sensibilisation seront organisées dans les jours à venir auprès de la population en vue de solliciter leur implication dans la lutte contre le trafic et l’importation des stupéfiants a conclu le Directeur de l’OCS.

Il faut rappeler, cette destruction avait été ordonnée par le procureur du pole judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.

L’office central des stupéfiants a été créé le 02 Septembre 2013. C’est un service central du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, composé d’agents de tous les services impliqués dans la lutte contre le trafic illicite de drogues (la Police, la Gendarmerie, la Douane, la Justice, la Santé ou tout autre service d’apport nécessaire).

Bissidi Simpara
Bamako, le 02 Juillet 2019
©AFRIBONE