Partager

Grosse frayeur pour les habitants de Kati Coco, ce 28 juillet 2010 lorsqu’ils ont été réveillés vers 6 h 00 du matin, par l’incendie d’une voiture de marque Mercedes 250 appartenant à Mama Tangara, contrôleur des Douanes. Sortie indemne grâce à l’aide de quelques jeunes, la victime dont la voiture est partie en fumée, crie sa colère en raison de l’absence d’une unité de la protection civile dans une ville comptant plus de 150 000 âmes. Une unité dont la création est, également, un vœu cher au Maire de la localité.

Sur les circonstances de cet incendie, la victime Mama Tangara, un contrôleur des douanes raconte : « Je partais pour la relève au poste des douanes de Kati. Comme il y a une déviation sur la route Bamako-Dakar pour raison de travaux, je suis parti par le nouveau goudron qui passe derrière la mairie de Kati. Au niveau du rond point, j’ai vu des fumées sortir en dessous de la voiture. Je me suis arrêté à côté des policiers pour regarder mais je n’ai rien vu et j’ai continué. Arrivé au niveau de la mosquée de Koko Plateau, la voiture a pris feu. Je suis sorti et avec le concours de quelques jeunes de Kati nous n’avons pas pu éteindre le feu.

La voiture est partie en fumée. Et s’il y avait une unité de protection civile, elle aurait pu être sauvée. Par conséquent, j’appelle les autorités à plus de vigilance. Car comment comprendre qu’une ville peuplée de 150 000 habitants ne dispose pas d’une unité de protection civile ? Au moment du sinistre, des gens m’ont suggéré d’appeler la protection civile de Bamako à Kati. Mais je me suis demandé ce qu’elle viendra éteindre à Kati « .

Pour sa part, le Maire de Kati, Hamala Haïdara a souligné que la seule chose que nous pouvons faire au niveau de la mairie, c’est d’attirer l’attention des plus hautes autorités pour la création d’une unité de protection civile dans la Commune.

Cela, vu l’affluence que connait la ville de Kati. Laquelle unité veillera à la protection des biens et des personnes contre les incendies et toutes autres catastrophes notamment les inondations qui sont monnaie courante en cette période d’hivernage.

Mamadou Lamine DEMBELE

06 Août 2010.