Partager

Les Maliens de l’Extérieur viennent d’être encore endeuillés par un incendie qui a fait quatre morts et trois blessés graves. Le drame est survenu dans la famille Sacko à Brazzaville (Congo). C’était le vendredi 2 novembre 2007 à 1 heure du matin dans le quartier Poto Poto, rue Banda. L’incendie s’est produit alors que le chef de famille Banta Sacko était à Bamako pour des soins.

Les trois blessés graves et 7 membres de la famille sont arrivés à Bamako, hier soir aux environs de 19 heures par un vol de Inter Air en provenance de Brazzaville. Le chef de famille Banta Sacko, accompagné de ses proches étaient à l’aéroport pour les accueillir.

A leurs côtés, on notait la présence du ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Dr Badra Alou Macalou, le Directeur Général de l’hôpital Gabriel Touré, Abdoulaye Nene Couli-baly et des agents de la Protection civile.

A l’arrivée de l’avion, c’est en dernière position, après tout le monde, que les agents de la protection civile munis de brancards sont montés chercher les blessés. Parmi ceux-ci, Fatoumata Sacko (la femme de Banta Sacko), Maïmouna Sacko, sa fille âgée de 21 ans et Ansoumana Sacko, son fils âgé de 29. Seule, Maïmouna Sacko pouvait se tenir debout.

Selon le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, la prise en charge totale des trois blessés sera assurée par l’Etat. « Nous avons vocation de faire en sorte que les Maliens de l’Extérieur se sentent des Maliens à part entière, lorsque des situations de ce genre leur arrivent. C‘est cela qui justifie notre présence ici», a déclaré le ministre à l’aéroport.

Après l’incendie, le département a été informé par le Secrétaire général du Conseil malien de Congo ( COMACO), Boudramane Mariko.

Selon nos sources, le président de la République a présenté ses condoléances et aurait fait parvenir à la famille une enveloppe de 700 000 Fcfa.

Les blessés ont été conduits directement à l’hôpital Gabriel Touré à bord de trois ambulances de la Protection civile.


Les causes de l’incendie

Les informations de Banta Sacko et celles des Maliens du Congo que nous avons joints au téléphone sont concordantes en ce qui concerne l’explication de l’accident. C’est à la suite d’une propagation de gaz dans la famille Sacko que l‘incendie s‘est produit. Le tout a été précédé par une coupure d’électricité qui a plongé la maison dans le noir.

Au même moment, les occupants de la maison ont senti une émanation de gaz. Ce faisant, la lampe tempête qui était utilisée en de telles circonstances n’a pas tardé à embraser toute la maison. Conséquences : la mort dans l’incendie de quatre personnes.

Les quatre personnes qui ont perdu la vie sont: Seydou Sacko, Moussa Sidibé (âgé d’un an), Fatima Samba Haïdara (âgé de trois mois) et Bintou Sacko (âgé de 9 ans).

Soumaila T Diarra

B. Daou

09 novembre 2007.