Partager

Plus de 426 millions de F CFA de dégâts matériels ! C’est le montant de l’incendie qui a ravagé des magasins annexes de la Grande mosquée et kiosques de la Maison des artisans de Bamako appartenant à 133 personnes. L’aide du gouvernement, des ONG et des personnes de bonne volonté est sollicitée.

Trois semaines après l’incendie qui a ravagé des magasins annexes de la Grande mosquée et kiosques annexes de la Maison des artisans de Bamako, le comité de crise a, au cours d’une conférence de presse tenue à la Maison des artisans, fait l’état des lieux des dégâts et fait des recommandations.

Le dimanche 15 décembre, aux environs de 18 h 30, un incendie dont la cause reste toujours inconnue a ravagé des magasins annexes de la Grande mosquée et kiosques de la Maison des artisans de Bamako. Selon le SG de la Maison des artisans et des membres du comité de crise, «avant l’arrivée des sapeurs-pompiers qui ont du mal à faire leur entrée dans les lieux à cause de l’absence appropriée de voies d’accès, l’apport des familles voisines a été pour beaucoup dans la maîtrise du feu» .

A en croire les conférenciers, l’intervention des sapeurs-pompiers, a permis de maîtriser l’incendie aux environs de 1 h du matin.

Les autorités du Mali ne sont pas restées les bras croisés. Le ministre délégué chargé des Affaires religieuses et du Culte, le secrétaire général du ministère de l’Artisanat et du Tourisme et des structures d’encadrement des artisans du Mali se sont rendus sur les lieux du sinistre. Un comité de crise a été mis en place.

Il a eu pour missions, entre autres, d’identifier les victimes, d’évaluer les dégâts. Les résultats de l’opération de recensement des victimes laissent apparaître des dégâts matériels et financiers, mais pas de perte en vie humaine.

Toutefois, il y a eu blessures de deux jeunes artisans «qui ont évité à la Maison des artisans de Bamako la catastrophe en décrochant les fils électriques qui avaient commencé à prendre feu». Au total, ils sont 133 victimes dont deux femmes. La valeur totale des dégâts est estimée à 426 185 000 F CFA.

Les victimes qui sont dans le désarroi comptent sur une aide gouvernementale, des ONG et de toutes les personnes de bonne volonté. «Nous avons envoyé des correspondances à des départements ministériels, des institutions nationales et internationales pour qu’ils nous viennent en aide» , a dit le président du comité de crise, Mamadou Soumbounou. D’ores et déjà, certaines personnes ont exprimé leur solidarité en débloquant des sommes. A cet effet un compte est crée à Ecobank.

Pour prévenir d’éventuels sinistres de ce genre, le comité de crise, a fait des recommandations. Il s’agit de : charger un expert-agrée pour évaluer les valeurs des bâtiments et des installations électriques détruits, mettre en place des mesures de sécurité (voies d’accès pour les engins de secours et de lutte contre les incendies), implanter des poteaux, revoir les installations électriques.

Amadou Sidibé

Les Echos du 10 Janvier 2014