Partager

Créée depuis le 15 Mars 2006 par l’Association des cadres maliens de Côte d’Ivoire (ACAMCI), la Coopérative Diasporac-tion est un instrument de développement dont l’objectif est la prise en compte des préoccupations des communautés expatriées en général et celles de la communauté malienne en particulier. Cette Coopérative qui compte aujourd’hui plus de 2000 membres vient de mettre au service de nos compatriotes, une clinique ultra moderne, basée au rez- de chaussée de l’Immeuble du Mali. La cérémonie inaugurale a eu lieu le week end dernier, sur l’esplanade de l’Immeuble du Mali à Abidjan.

Le Centre de Santé Benkan

Le 23 Juin 2007, lors de la double cérémonie de l’inauguration de la Coopérative Diasporac-tion et du lancement du journal Tounkaranké, l’ACAMCI, à travers son Président, Dr Nassoko Mamoudou, avait promis aux Maliens vivant en Eburnie, l’ouverture prochaine d’un centre de santé à leur intention. Le rêve est devenu réalité, depuis le Samedi 30 Août dernier avec l’inauguration de la première structure sanitaire dénommée « Benkan » (qui symbolise l’entente entre les Maliens), destinée à nos compatriotes.

L’événement était placé sous le Haut Patronage de Mme Touré Lobo Traoré, Première Dame du Mali et sous la présidence de M. le Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, représenté par le premier conseiller de l’Ambassade, M. Daouda Diarra. Il a vu une participation record des membres de la coopérative au nombre desquels, on comptait plusieurs autres communautés étrangères vivant sur le sol ivoirien. Des ONG et plusieurs Coopératives et structures Ivoiriennes partenaires étaient également de la fête.

Eviter les longues files

Dans son allocution de bienvenue, M. Camara Mahamadou, Président du Conseil d’administration de la Coopérative a d’abord remercié tous ceux qui ont fait le déplacement pour être témoin oculaire de l’ouverture officielle du nouveau centre de santé. Avant de dire que l’inauguration du centre médical «Benkan » est la concrétisation matérielle de l’ambition que nourrit Diasporaction en faveur du bien- être de nos concitoyens. « Ce centre permettra, a-t-il dit, d’éviter de longues files d’attente dans les CHU, aux compatriotes malades qui seront pris en charge au centre médical « Benkan » par des spécialistes maliens travaillant dans les structures sanitaires et à moindre coût. Il permettra également la mise en route d’un projet de sensibilisation à la lutte contre le VIH SIDA. Ce projet est rendu nécessaire par les risques inhérents à l’extrême mobilité transfrontalière des populations dans la sous région ».

La coupure du ruban symbolique par le Premier Conseiller, qui représentait le Ministre, s’est déroulée en présence d’éminentes personnalités, telles que Dr. Tounkara Abdrahamane, venu du Mali représentant le Haut Conseil National de lutte contre le VIH SIDA au Mali (HCNLS) ; des représentants des communes d’Adjamé, du Plateau et de Treichville ; des chefs coutumiers et chefs religieux.
En prélude à l’ouverture du centre médical, un assureur conseil a négocié avec Diasporaction des contrats d’assurances adaptés aux besoins sécuritaires de la communauté malienne : assurance maladie, assurance auto, assurance accident, assurance multirisque commerçants. Avant de terminer ses propos, le PCA de la coopérative s’est félicité de l’avantage que les adhérents pourront tirer du centre médical et dudit contrat d’assurance. Dans les prochains jours, une mission d’information sillonnera le district d’Abidjan et l’intérieur du pays pour sensibiliser la population.

Lutte contre la précarité

Une Assemblée Générale Ordinaire de la Coopéra-tive Diasporaction s’était tenue, très tôt ce même samedi, dans la salle de conférence de l’immeuble du Mali qui a refusé du monde pour l’occasion.
En effet, des délégués venus des différentes communes du district d’Abidjan, de Bouaké, Korhogo, Yamoussoukro, Divo, etc. se sont rendus compte de la bonne santé de la Coopérative qui ne cesse d’étendre ses tentacules sur toute la Côte d’Ivoire. L’A.G. du jour s’articulait autour des préoccupations essentielles des membres, à savoir les programmes afférents à la santé, à la recherche de financements pour les membres de la Coopé-rative, qui reste le volet le plus important de lutte contre la précarité. Ainsi, Diasporaction négocie en ce moment avec des partenaires financiers, la prise en compte de projets présentés par 200 femmes adhérentes, représentant un financement de 100 millions de Fcfa.

Le retour volontaire et la réinsertion des membres tiennent également une place de choix dans le programme de la coopérative. Le journal Tounkaranké qui est l’organe d’information de la Coopérative sera érigé en SARL, dont le capital sera ouvert à certains cadres et opérateurs économiques intéressés. L’installation de nouvelles sections à l’intérieur du pays sera poursuivie de sorte qu’au 31 décembre 2008, la coopérative compte plus de 5000 adhérents.

Relever le défi de l’organisation

Diasporaction poursuivra sa collaboration avec l’Agence de Dévelop-pement durable de Côte d’Ivoire (ADCI) ainsi que les coopératives ivoiriennes affiliées, pour favoriser les échanges de produits vivriers comme l’attiéké, la banane, l’huile de palme, entre pays de la sous région. Le volet éducation est également bien avancé, avec la remise de bourses d’études aux élèves et étudiants maliens, à l’occasion de chaque rentrée scolaire, grâce au partenariat avec le Bureau d’insertion, de Solidarité et d’Ecoute (Bise).

Au terme donc de ses travaux, l’AG a approuvé les comptes et rapports au 31 Décembre 2007. Elle a également voté la nomination de nouveaux administrateurs et autorisé le Conseil d’Administration à désigner un Directeur Général chargé de la coordination des différents programmes.

Mettre de coté nos divergences et créer les conditions propices au développement de nos compatriotes semble être le défi de la coopérative Diasporac-tion, qui a compris que sans une bonne organisation rien ne pourra se faire par nos concitoyens en Côte d’Ivoire.

La communauté malien-ne, qui représente plus de la moitié des Maliens vivant à l’extérieur, doit quitter les querelles intestines pour maintenant s’engager sur la voie du développement.

En attendant que le nouveau bureau du Conseil des Maliens se mette en place, Diasporaction a déjà pris une longueur d’avance. Avec son vaste programme en faveur de notre communauté, la coopérative est bien partie pour relever tous les défis


De Gildas, Correspondant du Républicain à Abidjan

11 septembre 2008