Partager

(CIGEM) : Une volonté politique partagée entre le Mali et l’Union Européenne pour mieux gérer le phénomène

Placée sous le haut patronage du président de la République, Amadou Toumani Touré, la cérémonie inaugurale du Centre d’information et de gestion des migrations (CIGEM) s’est déroulée, hier, lundi 6 août. C’était en présence du Commissaire chargé du développement et de l’aide humanitaire à la Commission Européenne, Louis Michel, du ministre français de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, Brice Hortefeux, du Secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères, Angel Lossada et de la représentante de la CEDEAO, Adrienne Diop.

C’était devant plus de 300 invités que le président de la République, Amadou Tomani Touré, entouré de plusieurs membres du gouvernement et du Commissaire européen au développement et à l’aide humanitaire Louis Michel, a procédé à l’inauguration du Centre d’Information et de Gestion des Migrations (CIGEM). L’occasion était donc belle pour le maire de la commune IV de souhaiter la bienvenue à tout ce beau monde. Il a ensuite déclaré que « l’avènement du Centre est vraiment salutaire« . Pour conclure, il a émis le vœu que les objectifs recherchés par le Centre soient atteints.

La représentante de la CEDAO, Mme Adrienne Diop a, pour sa part, salué le partenariat exemplaire entre le Mali et la Commission européenne qui, selon elle, a abouti à la réalisation de cet important projet qu’est la construction du Centre d’information et de Gestion des migrations (CIGEM).

Elle a ensuite déclaré que  » cette approche de partenariat est à encourager car non seulement elle permet un réel dialogue entre pays d’origine et de destination mais également elle met à la disposition des migrants potentiels comme des migrants de retour, toutes les informations qui leur sont nécessaires avant leur départ et en vue de leur réinsertion socio-économique dans leur pays. Mieux, il consacre le lien indéniable qui existe entre migration, développement et mondialisation « .

L’histoire, selon elle, a montré que les grandes civilisations sont celles qui ont su bénéficier de la diversité et de la richesse apportée par les cultures des autres. Pour conclure, Adrienne Diop dira que le CIGEM va contribuer à la valorisation des compétences de la diaspora malienne, de son poids financier et de son expertise.

Pour le Commissaire européen chargé du Développement et de l’aide humanitaire, Louis Michel, l’objectif du Centre est d’informer et d’aider les éventuels candidats à l’immigration.

Il a, ensuite, soutenu que le Centre donnera des renseignements sur les risques liés aux réseaux d’immigration clandestine contrôlés par une mafia sans pitié, sur certaines perspectives d’immigration légale en Europe et, ailleurs, sur les possibilités de formation professionnelle et d’emploi au Mali. « Ce centre est un investissement dans les qualités du Mali tout autant qu’un investissement en Europe » a conclu Louis Michel.

Le ministre des Maliens de l’Extérieur, Dr Badra Alou Macalou, a tout d’abord rappelé qu’au sortir de la première rencontre Mali-Union Européenne sur les migrations, dans le cadre de l’article 13 de l’accord de Cotonou, les deux parties sont convenues de la nécessité d’une approche globale de la problématique migratoire.

Le Président ATT, pour sa part, a déclaré que des quatre millions de Maliens vivant à l’extérieur du pays, trois millions et demi résident en Afrique.

Il a, ensuite, loué l’engagement personnel de Louis Michel pour la création du Centre.

L’inauguration du CIGEM a donné lieu à plusieurs activités. A savoir une conférence de presse, une table ronde, la remise de prix pour les travaux artistiques sur la migration et le vernissage de l’exposition de photographies des hommes et des frontières du  »Comitato Internationale des Popoli » (CISP).

Pierre Fo’o MEDJO

07 Octobre 2008