Partager


Le Mali, pays carrefour mais enclavé d’Afrique de l’Ouest, accueille sur son territoire à la gare des marchandises de Korofina-Sud, les Entrepôts sénégalais au Mali (Ensema). L’inauguration de cette logistique au service du flux commercial dans l’espace Uémoa s’est déroulée hier sous la présidence conjointe des présidents sénégalais et burkinabé ainsi que du Premier ministre du Niger.

D’un coût de réalisation d’environ 7 milliards de F CFA, les Ensema ont un capital de 540 millions de nos francs et ont été financés à hauteur de 4 milliards de F CFA par la Banque islamique de développement (Bid) principal bailleur de fonds représenté à l’inauguration.

Les infrastructures sont bâties sur 6 ha offerts gracieusement par le Mali dans le cadre de la réciprocité avec l’existence depuis 1963 des Entrepôts maliens au Sénégal (Emase). Les installations techniques des Ensema comprennent une aire de stockage de 14 hangars dont deux frigorifiques avec une capacité de 6000 tonnes, un parking de 4000 m2 pour le stationnement des gros-porteurs en provenance de Dakar avec la présence de ponts-bascules.

Le taux de rentabilité estimé à 22 %, dès la première année de fonctionnement, fait des Ensema un projet viable qui devra connaître un développement croissant à en juger par l’importance du trafic routier avec plus de 1000 camions par jour. Un chiffre qui pourrait augmenter avec la fin prochaine de la route Bamako-Dakar. Il y a beaucoup d’espoir placé aux Ensema avec le transport ferroviaire et routier dans un premier temps et fluvial plus tard.


Porte d’entrée du Sénégal dans l’Uémoa

Pour le président Amadou Toumani Touré, « les Ensema sont incontestablement un vecteur important de renforcement des échanges entre nos différents Etats ». Selon lui, l’outil est certes implanté au Mali, mais il a la vocation de servir le Niger, le Burkina et le Mali. A en croire ATT, les Ensema constituent la porte d’entrée naturelle du Sénégal sur le vaste marché de l’Uémoa.

Selon des statistiques données par le président ATT, le corridor Bamako-Dakar enregistre par mois un flux important de camions. Il a noté 3000 camions par mois, soit 360 000 tonnes de marchandises venant du Sénégal. Le Premier ministre sénégalais Macky Sall, qui a lu l’allocution de Me Abdoulaye Wade, a axé son intervention sur le devoir de solidarité agissante pour une meilleure intégration sous-régionale et régionale.

Le PCA des Ensema et non moins DG du Port autonome de Dakar (Pad), Bara Sadi, a mis l’accent sur les travaux en cours au Pad visant l’extension des surfaces de stockage, la construction de parking pour les transporteurs maliens, entre autres.

« Les Ensema ambitionnent de faciliter la desserte du Burkina, du Niger, entre autres à partir du Mali », indique Bara Sadi, qui ajoute que son pays manifeste sa solidarité sur mer au service des pays sans façade maritime. D’où le qualificatif collé aux Ensema d’être « une logistique au service de l’intégration » et qui a été repris par son DG, Ibra Guissé, citant le ministre d’Etat, ministre sénégalais chargé des Ressources maritimes, Djibo Laïty Ka.

Abdrahamane Dicko

20 décembre 2006.