Partager


Energie du Mali marque un point dans l’approvisionnement en eau potable du district de Bamako

Afin de faire face à une partie de la demande en eau des populations de Kalanbancoura, Kalabancoro et Niamakoro, le gouvernement du Mali a initié en 2005 le projet  » renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Bamako-mesures d’urgence 2005-2008 (Bam AEP Bamako) « . A cet effet, des forages ont été réalisés dans la ville pour alimenter des bornes-fontaines. La cérémonie d’inauguration de ces infrastructures qui vont améliorer la situation d’approvisionnement des populations, a eu lieu au niveau des installations des forages de la zone aéroportuaire le jeudi 30 août 2007.

La faiblesse du réseau de EDM-SA est la source des corvées que les femmes des quartiers périphériques endurent quotidiennement » a déclaré Demba Fané, Maire de la Commune V.

Ibrahim Bamba, maire de Kalabancoro d’ajouter : « cet ouvrage permettra la satisfaction de nos populations. D’ores et déjà, les associations des populations sont formées pour veiller sur l’entretien des équipements« .

« La satisfaction des besoins à long terme en eau potable d’une ville comme Bamako requiert la mise en œuvre de politiques judicieuses en matière d’urbanisation, de réalisation d’infrastructures d’hydrauliques adaptées et de renforcement des capacités des impliqués. La coopération des Pays-Bas a contribué à ce projet en raison de l’importance qu’elle accorde à la question de l’eau potable qui est source de vie mais qui a aussi des implications sur la santé de la population » a laissé entendre Mme Ellen Van Der Laan, Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas.

Quant au ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Ahmed Diane Séméga, il a souligné que « le Royaume des Pays-Bas, n’a ménagé aucun effort pour épauler le Mali dans sa campagne pour l’approvisionnement des populations en eau potable. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour assurer aux populations l’accès à l’eau potable« . Ce sont ces discours qui ont marqué la cérémonie d’inauguration officielle des installations des forages de la zone aéroportuaire.

Présidée par Ahmed Diane Séméga, la cérémonie a pris fin par une visite guidée des installations. Il est à préciser que, pour la circonstance, les populations sont sorties massivement.

A rappeler que les mesures d’urgence d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako constituent un projet qui va de 2005 à 2008. Il comprend trois volets.

Le premier consiste en l’équipement et au raccordement de cinq forages situés dans la zone aéroportuaire de Sénou pour un débit de 4 000 m3 par jour.

Le second vise la construction d’une batterie de quatre filtres à la station de traitement de Bamako pour sécuriser son extension.

En ce qui concerne le troisième, il s’agit de l’installation de deux batteries de stations compactes de potabilisation le long du fleuve Niger à Bacodjikoroni et Magnambougou pour un débit nominal de 12 000 m3 par jour.

Les deux premiers volets ont fait l’objet d’un financement signé le 30 novembre 2005 entre la République du Mali et Royaume des Pays-Bas à hauteur de 3 306 137 977 F CFA.

S’agissant de la gestion du projet, elle a été confiée à EDM-SA à travers une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée avec la Direction nationale de l’hydraulique.

A la suite d’un appel d’offres international, EDM-SA a signé, le 8 août, le marché des travaux avec l’entreprise SOGEA-SATOM pour un délai d’exécution de neuf mois.

Au finish, il convient de souligner que la mise en service de ces forages permettra une amélioration majeure dans l’alimentation en eau potable de la ville de Bamako, dans la mesure où elle permettra de mettre fin au manque d’eau récurrent qui affecte plus de 2 400 abonnés de Kalabancoura.

Le gain de production obtenu au niveau de la station de Djikoroni a pu être redistribué à d’autres quartiers défavorisés de la ville en matière d’alimentation en eau potable, notamment Faladié, Magnambougou, Banankabougou, Niamakoro, Yirimadio et Baco-Djikoroni.

Abdoul Karim KONE

03 septembre 2007.