Partager

Les populations de Bamako sollicitent la poursuite de l’opération

De 2004 à ce jour, 1829 personnes ont eu leur « chez-soi » grâce à la politique des logements sociaux. Considérée au départ comme une utopie, cette politique est devenue aujourd’hui une porte de sortie pour le citoyen à revenu moyen de se libérer de la location. De ce fait, les populations de Bamako ont saisi l’occasion de la remise des clés des 501 logements sociaux de Yirimadjo pour demander à ATT de poursuivre l’opération.

« ATT, nombreux restent ce qui n’ont pas eu la chance de bénéficier d’un logement social quand bien même ils ont déposé leur dossier. La demande était supérieure à l’offre. Monsieur le Président, nous vous demandons de poursuivre cette opération« , a déclaré le groupe «Tamaro Kènè », la voix des populations.

ATT de répondre: « L’opération va continuer, les malheureux d’aujourd’hui vont devenir les heureux de demain. 1087 autres sont sur le point d’être construits dont environ 500 à Bamako. Les travaux doivent commencer incessamment« .

Il a poursuivi: « Cependant, je demande aux heureux bénéficiaires de s’acquitter régulièrement de leur engagement. Car cela est la condition sine qua non pour la poursuite de l’opération. Il convient que vous sachiez que tous les Maliens ont contribué à vous donner une maison. C’est une solidarité nationale. Il est important que vous garantissiez l’hygiène de votre environnement« .

Les populations de Bamako sont sorties massivement pour rehausser l’éclat de la fête de remise des clés des 501 logements de Yirimadjo. La cérémonie s’est déroulée dans une grande ambiance en présence d’Ousmane Issoufi Maïga, Premier ministre et d’une partie des membres de son gouvernement.

Côté festif, il convient de souligner la présence de l’Ensemble instrumental du Mali, du groupe de théâtre « Tamaro Kènè » et d’autres groupes de danseurs traditionnels dont les chasseurs et le « Thèblen-tchè » de Bèlèdougou. Inutile de signaler que les amis d’ATT, les enfants des mouvements politiques, les membres d’associations et de certains partis politiques, dont l’ADEMA, ont animé la cérémonie en dansant et en chantant l’éloge du Chef de l’Etat. Et partout la joie était à son comble.

Côté cérémonial, les activités ont commencé par le mot de bienvenue de Souleymane Dagnon, maire de la commune VI, à ATT et à toute la délégation qui l’accompagnait.
Selon lui, la politique des logements sociaux est, sans nul doute, le début de l’amélioration des conditions de vie des populations.

Même son de cloche chez Balla Diallo, porte-parole des bénéficiaires qui a ajouté que dans la vie d’un homme au Mali, avoir un logement a toujours été un casse-tête pour les chefs de familles.
Selon l’orateur, construire une maison était un projet à long terme. Le père commence, ce sont les enfants qui achèvent l’œuvre. « Aujourd’hui, grâce à ATT, cela n’est qu’un mauvais souvenir« , a-t-il conclu.

Mamadou Coulibaly, président de la Commission d’attribution des logements sociaux, a été on ne peut plus clair dans sa déclaration. « Cette politique des logements sociaux est le couronnement de la volonté de l’Etat de donner un logement à tous les Maliens. Elle est le seul espoir pour les pauvres citoyens de posséder un logement en leur nom. Elle ne doit pas s’arrêter à mi-chemin« , a-t-il soutenu.

Modibo Sylla, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, quant à lui, a axé son intervention sur les données techniques.

Ces 501 logements sociaux sont situés sur deux terrains d’une superficie totale de 20 ha pour un coût total de réalisation hors taxe d’environ 5 milliards 273 millions 402 334 F CFA financés par le budget national et l’Office malien de l’habitat. Une somme sur laquelle la part non remboursable est d’un milliard 305 millions 306 698 F CFA représentant les frais d’études et de viabilisation. Sur le site, il est prévu des places pour les équipements publics: marchés, écoles, lieux de culte, etc.
Le remboursement est étalé sur 25 ans sans intérêt.

Les mensualités varient de 22 700 à 33 035 F CFA selon que la maison est de type F2, F3 ou F4. A ces mensualités s’ajoutent les frais bancaires de 2 000 F CFA. Comme l’année précédente, afin de prendre en compte les observations faites et les aspirations exprimées à l’issue de la deuxième phase, des modifications importantes ont été opérées, notamment l’introduction du type F4 et l’amélioration du type architectural et l’agrandissement des chambres.

Une opportunité de promotion de l’emploi des jeunes

Depuis le commencement de la 3e phase des travaux de construction des logements sociaux, force est de reconnaître que les entreprises de construction, au nombre de onze, plus deux entreprises de viabilisation et un bureau de contrôle, sont en train d’employer des milliers de jeunes par jour.

Selon la porte-parole des entreprises de BTP, chaque jour, les celles-ci emploient environ 1500 travailleurs.

En plus, les vendeurs de matériels de construction se frottent les mains car il y a eu un accroissement des opérations de vente.

Cerise sur le gâteau, la SOTELMA a gratuitement offert, à tous les 501 bénéficiaires, un téléphone fixe.

Abdoul Karim KONE

07 juin 2006.