Partager

jpg_007.jpg
C’était en présence du Premier ministre, Modibo Sidibé, des membres du gouvernement, du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola et d’une foule nombreuse. La touche de gaieté était assurée par la cantatrice Mamou Sidibé et son groupe.

Le premier à prendre la parole fut tout naturellement le maire de la commune rurale du Mandé Souleymane Makamba Doumbia qui a remercié et félicité le président de la République, Amadou Toumani pour avoir posé un jalon important de son ambition de faire du Mali une puissance agricole. L’édile a rappelé que c’est le 26 juin 2006 que le président Touré a posé la première pierre de l’unité d’assemblage et a procédé en même temps à la réception de 300 tracteurs et de 100 batteuses et accessoires destinés au monde rural.

Pour sa part, le directeur général de la société Mali Tracteurs SA, J. L. Singh a fait une brève présentation de l’unité d’assemblage de tracteurs. D’un coût total de 8,05 milliards Fcfa (3,05 milliards pour la partie indienne et 5 milliards Fcfa sur le budget national) et bâtie sur une superficie de 20 000 m2, l’unité d’assemblage de tracteurs produira 8 à 10 tracteurs par jour, soit 600 unités par an pour la première année de fonctionnement. L’unité produira trois types de tracteurs avec des puissances de traction allant de 39, 50 et 70 CV.

Les engins seront livrés avec des accessoires comme les pulvériseurs, les remorques et autres pièces indispensables à leur bon fonctionnement. Ils coûteront respectivement 6,7 et 9 millions Fcfa l’unité. L’usine emploiera une cinquantaine de personnes en emplois directs et 5 Indiens pour un début. La partie indienne pourrait être ramenée à 2 ou 3 personnes pour laisser la place aux Maliens, assure le directeur général J. L. Singh qui a aussi donné l’assurance que les engins produits seront de bonne qualité et seront à mesure de faire face à tous les besoins champêtres des producteurs.

Cette unité d’assemblage de tracteurs, selon son directeur général, répond aux normes internationales de sécurité et de protection de l’environnement. J. L. Singh a ajouté que son usine dispose d’une station de traitement des eaux usées qui pourront être déversées dans la nature sans problème.

Quant au PDG de Angélique international Ajay Krishna Goyal, il s’est dit honoré de la confiance placée par le président de la République en sa société pour réaliser un de ses vœux les plus chers, à savoir faire de notre pays une puissance agricole. Il a rappelé que son pays et le nôtre entretiennent des relations amicales, économiques et commerciales de très longue date, mais qui n’ont pas connu l’intensité qu’elles méritent.

Il a assuré que sa société s’impliquera dans la redynamisation des relations entre les deux pays.

Angélique international participe à la réalisation de l’interconnexion électrique entre la Côte d’Ivoire et le Mali sur les axes Ferkéssédougou-Zégoua-Sikasso-Koutiala-Ségou d’une part et Sikasso-Bougouni-Bamako d’autre part. « Nous ferons de notre mieux pour que cette entreprise soit achevée dans les meilleurs délais et connaisse le succès qu’elle mérite », a promis le PDG d’Angélique international.


Le ministre de l’Agriculture Aghatam Ag Alassane
a rappelé que l’adoption de la Loi d’orientation agricole (LOA) témoigne de la volonté du président Touré de traduire dans les faits les activités concourant à la sécurité alimentaire. La LOA, a-t-il souligné, est un instrument de pilotage de toutes les activités agricoles au sens le plus large.


« Le chef de l’État et le gouvernement s’investissent pour la promotion d’une agriculture durable, moderne et pour l’émergence d’un secteur agricole structuré, compétitif et intégré au marché régional et sous-régional »
, a indiqué le ministre Aghatam Ag Alassane qui a exprimé la gratitude des producteurs pour la réalisation de cette unité et pour avoir fait d’un rêve, une réalité.

« La réalisation de cette unité d’assemblage est la concrétisation d’un jalon important pour promouvoir l’emploi rural, alléger les travaux champêtres pénibles et la génération de revenus connexes« , a ajouté Aghatam Ag Alassane. Avant de féliciter la partie indienne pour l’exemplarité de son action.

Prenant la parole à son tour, le président de la République a révélé le contexte dans lequel, il a décidé de lancer l’idée de réaliser cette unité d’assemblage de tracteurs. C’était, a-t-il rappelé, lors de son déplacement pour présider la première édition de la Journée paysanne qui a eu lieu à Koutiala en juin 2003.

Le chef de l’État a expliqué qu’il se souvient avoir parcouru les immenses étendues de champs sans voir le moindre tracteur. Il s’est alors dit qu’au regard des immenses potentialités hydro-agricoles, des ressources humaines de qualité dont dispose le pays, le défi de la sécurité alimentaire est à notre portée. Pourvu que les paysans soient bien équipés.

« Le Delta central du fleuve Niger, par exemple, couvre une superficie de 36.000 km2, ce qui fait de cet espace, la 2è zone la plus importante d’Afrique après la plaine d’Okawando au Bostwana. Alors il est inadmissible que l’on ait faim ou que des céréales soient si chères chez nous », a souligné le président Touré.

Rappelant que la récolte de la campagne agricole 2008/2009 est de 5 millions de tonnes toutes céréales confondues, le chef de l’État en a déduit que l’objectif de 10 millions de tonnes de céréales à l’horizon 2012 est possible à réaliser.

La réalisation de cette unité d’assemblage de tracteurs participe de cet objectif. Amadou Toumani Touré a souhaité que le Mali puisse s’autosuffire en tracteurs et exporter vers d’autres pays de la sous-région.

Le chef de l’État a saisi l’opportunité de l’inauguration de l’unité pour remercier la partie indienne pour les appuis multiformes que ce pays apporte au nôtre. Il a évoqué à ce propos la fourniture de 50 wagons et de 3 locomotives à la société Transrail, la réalisation de l’interconnexion électrique.

Après avoir procédé à la coupure du ruban symbolique, le président Touré s’est prêté à une visite guidée des locaux et s’est fait expliquer tout le processus d’assemblage des tracteurs. Pour clôturer l’inauguration en beauté, il n’a pas résisté au plaisir de conduire sur quelques mètres un tracteur fraîchement sorti des chaînes d’assemblage.

M. COULIBALY

Essor du 27 Avril 2009