Partager

Impatients de lancer l’assaut aux occupants illégaux du Nord, les militaires ont été sommés par l’autorité de ne pas dépasser Konna, un village situé à quelques encablures de Douentza.

jpg_une-928.jpg« Après un assaut des Damis (une unité spéciale de l’armée nationale basée à Sévaré, Ndlr) dans une localité du Nord, notre hiérarchie nous a formellement interdit de dépasser Konna pour éviter tout affrontement. C’est pourquoi jusque-là nous ne sommes pas présents à Douentza bien que la ville soit abandonnée par des bandits », explique un militaire au front.

A l’en croire, l’autorité ne veut pas précipiter les choses pour éviter les erreurs. Au cours d’une visite à Sévaré il y a une semaine, des militaires nous ont fait part qu’ils n’attendent plus que l’ordre de la hiérarchie pour lancer l’assaut contre les occupants du Nord.

Les appels en faveur d’une intervention militaire au nord se multiplient ces dernier temps. Vexée par ces nombreuses accusations des populations, l’armée est pressée de lancer l’assaut contre les islamistes armés et les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) en déroute, mais les autorités veulent encore attendre afin de mieux organiser l’armée avant d’engager la guerre.

Sidiki Doumbia

Les Echos du 25 juillet 2012