Partager

La température pourrait augmenter de 0,2°C par décennie et la pluviométrie diminuer d’environ 10%.

Le changement climatique constitue aujourd’hui une préoccupation majeure du gouvernement du Mali. L’impact négatif du phénomène est bien visible sur les ressources en eau, sur l’agriculture, l’énergie et les forêts. Selon le gouvernement, les projections des scénarios climatiques pour le Mali montrent que d’ici à 2100, la température pourrait augmenter d’environ 0, 2°C par décennie et la pluviométrie diminuer d’environ 10%. Cette information a filtré, hier, de l’atelier d’évaluation du financement des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et des mesures d’adaptation aux effets des changements climatiques organisé par le ministère de l’équipement et des transports à travers la Météo-Mali.

Le Mali est l’un des rares pays les moins avancés au monde à être en tête du peloton des pays engagés dans la lutte contre le changement climatique. Pour preuve, il a conçu dans le cadre de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques 19 idées de projets prioritaires, urgents et immédiats d’adaptation aux changements climatiques axées sur le développement des variétés et espèces améliorées et adaptées aux conditions climatiques, les aménagements aquacoles et agricoles, la promotion des banques de céréales. S’y ajoutent l’utilisation des informations météorologiques en vue de réduire l’impact du risque climatique, la valorisation des énergies nouvelles et renouvelables, la sensibilisation des populations, des scolaires et des décideurs sur les enjeux et les défis des changements climatiques.

Le financement et la mise en œuvre de ces projets vont contribuer à assurer le développement durable du pays face aux changements climatiques. Afin de poursuivre les actions de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le Mali en rapport avec le Secrétariat de la convention a initié une étude d’évaluation du financement des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et des mesures d’adaptation aux effets des changements climatiques au Mali pour contribuer davantage à la réduction des émissions et s’adapter aux effets des changements climatiques.

Le lancement de cette étude a été effectif hier à travers un atelier qui s’est déroulé à l’hôtel Olympe.

Ce séminaire qui prend fin aujourd’hui a donné l’occasion aux participants venus des services en charge des questions de l’environnement d’examiner des thèmes relatifs aux mesures politiques environnementales au Mali.

Salihou Guiro, Conseiller technique au ministère de l’équipement et des transports, qui présidait la cérémonie d’ouverture d’affirmer: « Le changement climatique menace toute l’humanité entière ».

Quant au représentant de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Géorge Anjaparidze, il a déclaré: « la délégation malienne a été et continue d’être un chef de file à travers ses contributions au processus de la Convention. L’initiative démontrée par le gouvernement malien pour les études économiques nationales sur l’environnement et le développement est un autre exemple de ce leadership aujourd’hui. Cette initiative stratégique peut servir d’étape essentielle dans l’identification des besoins financiers et les moyens permettant d’y accéder. Elle peut également être utilisée pour combler le fossé entre les priorités identifiées dans le domaine du climat et le programme de développement national ».

Pour terminer, il convient de souligner que l’objectif de ce travail sera d’identifier des données financières concrètes pour des mesures prioritaires et concevoir une stratégie visant à accéder aux fonds nécessaires.

Abdoul Karim KONE

09 Juillet 2009.