Partager

ll s’agit du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Moctar Ouane, du ministre en charge des Maliens de l’Extérieur, Oumar Hammadoun Dicko, du ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, le Colonel Sadio Gassama et du ministre chargé des Collectivités Territoriales, le Général Kafougouna Koné.

Ces membres du gouvernement sont attendus aujourd’hui, jeudi 8 décembre, devant l’Assemblée nationale. Ils répondront à toutes les interrogations des élus de la nation relatives à l’immigration. On sait que des charters sont en train d’être préparés par le ministre de l’intérieur français, Nicolas Sarkozy pour rapatrier des centaines d’Africains parmi lesquels des Maliens.

L’immigration est très préoccupante pour le gouvernement français. C’est pourquoi, le président, Jacques Chirac l’ a évoquée lors de son discours au 23ème sommet Afrique-France, tenu les 3 et 4 décembre derniers à Bamako.

« La difficulté de travailler et de construire sa vie dans son pays contraint des milliers d’Africains à émigrer dans des conditions indignes. J’en appelle à la responsabilité de chacun. Ensemble, Africains et Européens, nous avons pour devoir de démanteler les réseaux d’immigration clandestine, derrière lesquels se cache un commerce honteux, odieux et mafieux. Ensemble, nous devons favoriser le co-développement et permettre aux Africains de trouver chez eux des conditions de vie et de travail décentes. La France et l’Union Européenne se sont engagées à intensifier leurs efforts dans ce domaine », avait déclaré Jacques Chirac.

Aux dernières nouvelles, il nous est revenu que des Maliens, des Sénégalais, des Ivoiriens et des ressortissants d’autres pays en partance pour l’Europe ont été arrêtés par la police algérienne dans un petit village de ce pays. C’est dire que l’appel de Chirac a été entendu au moins par l’Algérie, un pays très proche de Marseille.

En tout cas, l’immigration préoccupe également les députés. La question sera débattue ce jeudi par les représentants de la nation qui ne manqueront pas, en définitive, de formuler des recommandations que le président IBK lui-même se chargera de transmettre au chef de l’Etat Amadou Toumani Touré.

Chahana TAKIOU

08 décembre 2005.