Partager

Face à la situation chaotique dont subissent les ressortissants des pays sub-sahariens en Algérie, le gouvernement malien à travers le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine,  a facilité hier le rapatriement de 138 refoulés.
Pour ce faire, il a été affrété deux bus d’une compagnie de la place pour faciliter le transport de ces jeunes migrants.

A leur arrivée à Bamako dans le centre d’hébergement de la Protection civile à Sogoninko, ils ont été accueillis par le chef de cabinet du ministère des  Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, Moussa Aliou Koné.  Ces 138 personnes ont quitté l’Algérie depuis le 5 octobre dernier. C’est hier mercredi 25 octobre qu’ils sont arrivés au bercail. Des jeunes âgés de 18 à 25 ans.

Le chef de cabinet, Moussa Aliou Koné, a leur adressé  les compassions du gouvernement et du ministre  des Maliens de l’extérieur. A ses dires, la cabale des autorités algériennes vise 8 nationalités. Malgré le protocole d’accord entre notre pays et l’Algérie, nos compatriotes ne sont pas épargnés par les forces de l’ordre Algérienne. Il a rassuré que des pourparlers sont en cours pour mettre fin au plus vite cet incident diplomatique.

Toutefois, il a invité les jeunes refoulés à faire confiance à leur  pays en initiant des projets porteurs au lieu de s’engager dans des aventures périlleuses. Il a rappelé qu’à travers la Ponam, le département des Maliens de l’extérieur a eu à financer  environ 800 projets au compte des jeunes migrants. Il a également noté la politique de sensibilisation du MMEIA pour dissuader les jeunes migrants.

 Vol et tortures de la part des  forces de sécurité algériennes,  Moussa Sylla, porte-parole des refoulés,  a dénoncé des actes abominables. Il a invité le gouvernement à s’impliquer efficacement pour mettre fin à ce traitement inhumain de nos compatriotes. Cette arrivée succède à celle des  83  autres  qui ont signé leur retour le 8 octobre dernier en provenance du centre d’Agadez de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Les mesures sont en cours pour rapatrier 200 autres refoulés en attente au Niger.

Ousmane Daou

L’Indicateur du 27 Octobre 2017