Partager

Une centaine de personnes ont été mises en garde à vue à Paris à la suite d’une opération qui a mobilisé 400 policiers dans un foyer de travailleurs immigrés maliens du XIIIe arrondissement, selon Reuters.

Cette agence internationale anglaise précise que les policiers agissaient sur commission rogatoire d’un juge d’instruction qui enquête sur une présumée filière d’immigration illégale, un trafic de faux documents administratifs et l’hébergement «dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine», qui est une infraction pénale. Une dizaine des personnes arrêtées sont des animateurs présumés du réseau, les autres sont des résidents qui semblent être en situation irrégulière, selon toujours Reuters

Les premiers sont susceptibles de poursuites, les seconds d’une expulsion. «L’information judiciaire a mis en évidence l’existence de filières de logeurs hébergeant à prix fort des travailleurs migrants dans des conditions insalubres», dit la préfecture de police dans un communiqué.

Le MRAP a vivement condamné ce qu’il a appelé une «rafle». L’association anti-raciste rapporte que 29 portes de chambres ont été fracassées lors de l’opération, de même que le bureau du directeur du foyer. Elle parle de 140 sans-papiers arrêtés.

Les policiers ont agi avec les contrôleurs de sécurité de l’habitat de la préfecture de police, service qui avait émis un avis défavorable à l’exploitation du foyer le 6 février. Plusieurs incendies entre avril et septembre 2005 à Paris dans des foyers d’immigrés vétustes avaient fait une cinquantaine de morts, a rappelé Reuters.

Ces drames avaient mis en lumière l’ampleur du problème dans la capitale, qui souffre d’un manque de capacité d’hébergement pour travailleurs à bas salaires.Au total 105 personnes en situation irrégulière et 9 soupçonnées d’avoir organisé leur hébergement ont été mises en garde à vue.

Chahana TAKIOU

13 Février 2008.