Partager

Processus de sortie de crise en Côte d’ivoire
Refus de forces nouvelles de procéder à la réunification du pays titre « Le national »

Guillaume SORO et ses hommes rusent aujourd’hui avec les ivoiriens. Le désarmement avant les élections constitue pour ceux qu’on appelle les ex-rebelles, une vue de l’esprit, si la communauté internationale ne se resoud pas à désarmer de force les soudards du premier Ministre SORO Guillaume.

Qui s’accrochent à la centrale, cette caisse parallèle qui engrange près de 40 milliards de FCFA par mois ? S’interrogent « le National ». C’est bien une entreprise suicidaire pour les « seigneurs de la guerre » que sont les COM-Zones (Commandants de Zones) sur lesquels le Secrétaire Général des Forces Nouvelles se fonde pour une retraite bien dorée après la présidentielle.

Pour cette raison, conclu – t – il le patron des ex-rebelles et ses hommes refusent le désarmement et la réunification du pays. Car réunification signifie pour eux perte de tous ses profits. Ils rament à contre-courant de l’Accord Politique Ouagadougou qu’ils ont volontairement signé.

Si « le National » fustige la mauvaise foi des Forces nouvelles à la réunification, « L’Inter » par contre, décrit les différents blocages de l’Accord Complémentaire 4 à l’Accord Politique de Ouagadougou.

— –

Ouaga 4 : Tout est bloqué titre « L’Inter »

Signé pour apporter un souffle nouveau à l’accord de base, l’APO, qui lui battait de l’aile Ouaga 4 étouffe à la tâche. Les difficultés sur le terrain le démontrent.

Certes, il y a quelques avancées, notamment le redéploiement du corps préfectoral, des magistrats et autres fonctionnaires de justice, l’ouverture officielle du guichet unique en zone CNO, le début timide du démantèlement des milices au Sud mais Ouaga 4 ne donne pas encore satisfaction. Les grands chapitres pour lesquels cet accord complémentaire est certainement attendu, connaissent un blocage. C’est le cas de l’unicité des caisses de l’Etat qui devrait se traduire par le redéploiement de l’administration fiscale et douanière.

Cela n’est effectif et là- dessus, c’est motus et bouche cousue. Idem pour la passation des charges entre les commandants de zones et les préfets sur la question de la réunification des deux armées, c’est également le blocage. Ouaga4 souligne que les Forces Nouvelles doivent élaborer la liste des 5000 ex-combattants devant faire partie de la nouvelle armée et l’acheminer au facilitateur Blaise COMPAORE.

Cette liste ne serait pas encore prête. Par ailleurs, les opérations d’identification et d’enrôlement des populations sont bloquées à divers endroit pour le non paiement des primes des agents. A Yamoussoukro et à Bouaké, les agents Valise de l’opérateur technique de Sagem, ont rangé leurs valises.

Face à ces blocages, suggère « L’Inter », GBAGBO et SORO doivent donner une nouvelle impulsion au processus de sortie de crise.

— –


Crise Scolaire en Côte d’Ivoire: L’école ivoirienne prie en otage selon « Le National »

Rien ne va plus pour l’école ivoirienne, les enseignants, les étudiants et la tutelle en la personne du Ministre de l’enseignement, M. Bleu Lainé se regardent en chien de faïence. Chacun y va de sa chapelle. Mais entre temps, l’avenir des enfants est pris en otage pour diverses revendications.

Le syndicat des enseignants exige la nouvelle grise salariale adoptée par le gouvernement. Pour cause de guerre et l’état défectueux des caisses, cette revendication ne peut être prise en charge qu’en 2010. Ce refus poli est la discorde qui provoque le courroux des enseignants.

Les enseignants ont assez attendu. Arrêt des cours par ci blocage de notes par là. Voilà le visage actuel de l’école ivoirienne. Le Ministre Bleu Lainé gagnerait à régler les problèmes des enseignants pour donner à l’école ivoirienne son lustre d’antan.

La rencontre du mercredi dans la soirée entre le Ministre de tutelle et les syndicats des enseignants a accouché d’une souris, souligne « L’Inter ». La raison c’est que pendant que les discussions se tenaient, la police procédait à l’arrestation des enseignants dans les rues, sur leur lieu de travail, dans les maquis, etc. Toute chose que les leaders syndicaux n’ont pas appréciée.

Pour l’heure, toutes les oreilles sont tendues vers le palais présidentiel où le chef de l’Etat reçoit a reçu le vendredi 13 Mars 2009, les syndicats de l’enseignement secondaire public et technique.

— –


Lutte contre l’insalubrité


Le Quotidien national « Fraternité Matin » titre 6 milliards FCFA pour rendre Abidjan propre.

Le chef de l’Etat et le représentant de la Banque mondiale invitent les ivoiriens à prendre soin de leur cadre de vie.

Le Président de la République, Laurent GBAGBO a lancé officiellement, le jeudi dernier, l’ « Opération ville propre » sur le boulevard Nangui Abrogua. Cette opération qui durera 3 mois va permettre de débarrasser, entre autres résultats attendus, 13 communes du district d’Abidjan, de plus de 50 000 tonnes de d’ordures.

Une opération évaluée à 6 milliards de FCFA et qui constitue la troisième composante du programme d’urgence d’infrastructures urbaines, que la banque mondiale finance à hauteur de 50 milliards de FCFA. S’il s’est pleinement réjoui de cette initiative qui permettra d’assainir la capitale économique ivoirienne, le Président de le république n’a pas pour autant manqué de décrier ce qu’il a appelé « Les erreurs accumulées pendant des années » et qui expliquent qu’Abidjan soit aujourd’hui devenue un dépotoir géant.

GBAGBO a vivement interpellé les maires, le gouverneur du district, les ministres de la santé, des infrastructures économiques, de la ville, de l’intérieur, les officiers de la police et des armées, le commandant supérieur des sapeurs-pompiers, à veiller sur la ville d’Abidjan. Parce que, a-t-il soutenu « c’est notre cadre naturel de vie. Si Abidjan est malade nous tombons tous malade ».

Selon Mel Eg Théodore, Ministre de la ville et de la salubrité urbaine, « Le pollueur doit payer selon le volume de ses déchets ». Il a même subrepticement invité le Président de la République et le gouvernement à prendre une ordonnance afin d’élargir l’assiette des impôts pour qu’en vertu du principe universel du « pollueur – payeur » la charge de la salubrité pèse sur chacun des ivoiriens du poids financier de sa production de déchets. Chacun devra donc payer pour la salubrité en fonction du volume de déchets sauvages qu’il aura produit de part ses activités.

— –

Blé Goudé « Interdit » de percevoir des Droits d’Auteurs selon le Quotidien ivoirien « Le Soir Info »

L’ONU, se démène et intrigue pour que le président de l’Alliance des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire, Carles Blé Goudé, outre le fait qu’il ne perçoivent plus ses droits d’auteur relatif à son premier livre « Crise ivoirienne, ma part de vérité », soit interdit de publier ses écrits. Le prétexte brandi par l’ONU c’est que Blé Goudé est sous sanctions : interdiction de sortir de la Côte d’Ivoire et gel de ses avoirs à l’extérieur etc.

Le Quotidien ivoirien se demande ce qui motive cette démarche de l’ONU. Surtout au moment où « les frères ennemis » d’hier, antagonistes dans la guerre en côte d’Ivoire, sont devenus partenaires et Co-gestionnaires du pouvoir d’Etat. Elle gagnerait à renoncer aux palabres inutiles. L’ONU se rendrait utile et justifierait le bien-fondé de sa présence partout en Côte d’Ivoire, en aidant ce pays à sortir des sentiers battus et mettre fin à la situation de ni paix effective ni guerre avérée qui prévaut dans ce pays depuis quelques années.

— –


Sport: Chan 2009

Les lampions se sont éteints sur le premier Championnat d’Afrique des Nations (Chan), qui a démarré le 22 Février, avec le sacre de la République Démocratique du Congo sur les Black Stars du Ghana.
M. Jacques Bernard Anouma, président du Comité d’Organisation a réussi son pari contre vents et marées. Aucun incident majeur n’est a déploré, aucune plainte des pays participants. Tout s’est déroulé comme « un conte de fée ».

Pour cette réussite la Côte d’ivoire a reçu le trophée de la réconciliation. Un trophée qui réconforte certainement le peuple ivoirien qui a assisté sans défense à l’élimination précoce des éléphants.
Le Cochan a réussi à mettre la barre plus haut pour une édition.
Coupe africaine des clubs

— –


Selon le Quotidien national « Fraternité matin »: 437 millions aux quatre clubs engagés

La grosse désillusion des Eléphants au Chan 2009 n’empêche pas le ballon de continuer de rouler. La côte d’Ivoire, bien qu’encore sous le choc, doit se remobiliser pour attaquer les coupes africaines. En Ligue des champions avec l’Asec Mimosas et l’Africa Sports, et la Jca et la Soa en coupe de la confédération, les 16è de finale de ces épreuves débutent ce week –end. Tout est donc prêt.

Il reste à débloquer les fonds. Il s’agit d’une enveloppe globale de 437 millions FCFA qui va permettre de couvrir les deux premiers tours (16è et 8è de finale) des 4 représentants en ligue de champions et en coupe des confédérations.


Jean-Christophe KONATE


Depuis la Côte d’Ivoire


16 Mars 2009