Partager

«C’est une cérémonie d’espoir, un nouveau départ…»

« C’est nous qui avons commencé ce combat depuis longtemps, aujourd’hui nous voyons la première grande pièce qui vient de se mettre en place par l’investiture du nouveau président de la République que nous avons soutenu pendant les élections par toutes nos forces. C’est l’un des aboutissements des efforts que nous avions déjà déployés, pour obtenir d’abord la carte Nina comme fichier des élections, aussi pour qu’un président comme IBK soit élu, afin de concrétiser ce que nous appelons un mouvement de changement. Donc, nous avons dignement mené notre combat dans ce sens, et ça ne pouvait pas être autre que le résultat de ce que nous assistons aujourd’hui. Car, le peuple malien a compris qu’on l’a amené en bateau depuis longtemps, qu’on a détruit ses valeurs, sa dignité, son pays et les mécanismes de notre nation. Cette cérémonie de prise de pouvoir, est une cérémonie d’espoir pour nous. C’est un nouveau départ. Ceux qui pensent qu’il n’ya pas de différence entre le discours tenu ce matin par IBK et les autres présidents doivent savoir que les autres présidents ont été élus par la fraude contrairement à IBK qui a été porté au pouvoir par le peuple. A l’exception près des élections de 1992, toutes les autres élections dans notre pays ont été tenues dans une fraude confirmée .On voulait utiliser les mêmes méthodes lors de ce scrutin, mais le peuple n’a pas accepté ».

Michel Sidibé, président ONU-Sida : «Le choix de IBK sera le meilleur pour le Mali»

« Je suis là pour m’associer à l’effort de construction du président de la République élu. C’était important pour moi en tant que patriote, en tant que malien d’être là aujourd’hui à cette investiture. Et aussi de témoigner de mon apport pour le futur. Je crois bien en tant que malien je me battrai où que je serai pour continuer à contribuer à la construction du pays.

Le Président élu a été très clair dans son discours, il a dit qu’il fallait une rupture. Cette rupture, il fallait la construire, qu’il vaille de promouvoir l’excellence. Ce sont des termes qu’il a employés dans son intervention. Et cette rupture, on la fera aussi avec la transparence, avec un combat pour des résultats et une obligation de rendre compte. Je pense que le président de la République, demeure un homme politique avisé, il sait exactement ce qu’il va faire, je suis persuadé que son choix pour le premier ministre sera le meilleur pour la République du Mali ».

Konimba Sidibé : président du MODEC : « C’est un président qui peut redresser la gestion publique »

« Mes premières impressions, c’est que le nouveau président de la République est décidé à aller vers un changement radical de gouvernance dans le sens de la bonne gouvernance. Tel est le vœu de tous les Maliens. A ce niveau, j’attends du nouveau président que la gestion publique soit redressée, de manière à ce que le Mali passe avant tout, de manière à ce que les ressources publiques soient intégralement consacrées à satisfaire les besoins des populations du Mali et non à enrichir des personnes indument. Principalement cela devra se traduire par la restauration de l’autorité de l’Etat, la construction d’un Etat capable véritablement d’assurer les services publics. Pour cela, il faut une justice crédible aux yeux des populations. Mais aussi : l’emploi pour les jeunes, une éducation de qualité et l’accès de tous les Maliens à la santé.

Pour ma part, j’ai une confiance particulière sur l’homme qui vient de prêter serment en raison du fait que je le connais depuis très longtemps. Je ne suis pas convaincu qu’on puisse faire comme avant avec lui. Sa détermination sera d’autant plus fondée par le fait que l’ensemble des Maliens sera avec lui pour franchir ce cap. J’insiste pour dire que changement de cap de la gouvernance dans notre pays, aucun autre effort ne pourra nous permettre de s’en sortir. Il doit se méfier de tous ces opportunistes qui profitent de toutes les occasions pour se repositionner et surtout pour se resservir. Il l’a dit lui-même, il saura faire la part des choses sans état d’âme, sans partie pris afin que les hommes capables soient aux postes qu’il faut pour diriger ce pays ».

Soumana Sacko : ancien premier ministre : « La démocratie va produire le progrès social »

« C’est un jour nouveau qui se lève pour le Mali. Nous renouvelons nos félicitations et nos vœux de réussite à notre frère Ibrahim Boubacar Kéita. Je lance un appel au peuple malien pour que nous nous donnions la main pour faire face aux défis anciens, nouveaux et futurs qui se présentent à notre pays, notre peuple. Je suis convaincue que la démocratie va finalement produire le développement, et le progrès social auquel les Maliens ont naturellement droit de s’attendre ».

Propos recueillis par Moustapha Diawara

Tjikan du 6 Septembre 2013