Partager

Les syndicats de base qui composent l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) n’en peuvent plus d’attendre le prochain congrès ordinaire qui aurait dû être organisé depuis plus d’une année et dont la convocation est toujours dans l’impasse.

Le Syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la famille (SNS-AS-PF) et plusieurs syndicats affiliés à l’Untm dénoncent la situation actuelle de dépassement du mandat du Bureau exécutif national (BEN) de la centrale syndicale et concluent à son «illégalité avérée». De ce fait, ils exigent l’organisation dans les plus brefs délais du prochain congrès de la centrale syndicale ayant pour objectif de doter enfin la centrale d’un bureau légal et légitime.

Certains syndicats de base qui composent l’Union nationale des travailleurs du Mali sont plus que jamais déterminés dans l’orientation de l’Union. En clair, ce sont de nombreuses voix qui s’élèvent pour exiger de l’actuel secrétaire général, Siaka Diakité, et de son équipe, la tenue d’un congrès ordinaire qui doit procéder au renouvellement des instances de l’Untm.

Ainsi, selon le secrétaire général du SNS-AS-PF, dans une correspondance en date du 26 septembre adressée au secrétaire général de l’Untm, le mandat du bureau actuel ayant expiré depuis plus d’un an, Siaka Diakité et son équipe se trouvent dans une illégalité.

C’est sans doute à cause de ce manque de légalité et de légitimité, que le bureau actuel s’est adonné à une «gestion désastreuse née de la crise du 12ème congrès du Syndicat national des travailleurs de l’administration d’Etat». Au niveau du SNS-AS-PF, c’est avec «consternation» qu’on suit les péripéties au sein du Syntade. A ce propos, le SNS-AS-PF se désolidarise de la décision du bureau exécutif de l’Untm de suspendre le 12ème congrès du Syntade sans la convocation d’un Conseil central, et demande «la convocation dans les meilleurs délais du congrès de l’Untm».

Du point de vue des responsables du Syndicat national de la santé de l’action sociale et de la promotion de la famille (SNS-AS-PF), les péripéties de la bataille de légitimité au sein du Syndicat national des travailleurs de l’Administration d’Etat (Syntade) n’ont fait que nuire à l’image du syndicat en général et celle de l’Untm en particulier. Ainsi, le Secrétaire général adjoint du SNS-AS-PF, Issoufi Maïga, après avoir exprimé son indignation face à ce dépassement inexpliqué de mandat, estime qu’il est regrettable que la commission de conciliation ad’ hoc mise en place n’ait pu mener à bien sa mission pour une solution à l’amiable.

Au niveau du Syndicat national de l’éducation et de la culture (Snec), même son de cloche. Réuni le 26 septembre, le Bureau exécutif national de ce syndicat, après avoir analysé la situation syndicale dans son ensemble «a décidé d’attirer l’attention du Bureau exécutif de l’Untm sur la nécessité de convoquer la tenue du 12ème congrès de l’Untm, dans les meilleurs délais conformément à l’article 1» de leur charte. Le secrétaire général du Snec, Maouloud Ben Kattra reste convaincu que le respect des textes de la centrale est un gage de stabilité et de bonne gouvernance.

Cependant, pour peser lourd dans la balance et afin de mettre enfin de l’ordre dans la case de l’Untm, les responsables du SNS-AS-PF et du Snec appellent vivement tous les autres syndicats affiliés, qu’ils soient des secteurs public, parapublic ou privé à se mobiliser pour faire cesser rapidement cette situation préoccupante. C’est pourquoi, ils réclament avec insistance la convocation incessante, par le comité exécutif, du 12e congrès de l’Untm. Cette anomalie, selon eux, illustre entre autres : le non respect des textes de l’Untm, le blocage de l’organisation pratique du 12ème congrès, le grand silence qui entoure cette échéance statutaire et les impacts négatifs que cela a sur l’image de la très respectée Untm.

Ibrahim M.GUEYE

Le Prétoire du 30 Septembre 2013.