Partager

La misère et le goût du gain facile sont aujourd’hui, autant de facteurs qui prédisposent et mènent le plus souvent bien de citoyens à des actes les plus répréhensibles.

Nous sommes à Bobo en plein mois de campagne municipale. C’était il y a quelques années déjà, un des partis en compétition organise un carnaval d’animation nocturnes qui faisait le tour des quartiers. Les jeunes et les enfants aiment ces moments. Rarement, on s’éloigne du quartier ou du voisinage immédiat, mais cette promenade de foule est souvent dangereuse pour les enfants seuls qui peuvent perdre tout sens d’orientation surtout la nuit aidant. Ce fut le cas de Théo, un enfant de douze ans environ. En cette nuit, il ne peut résister au désir de participer à la fête. Ainsi, il se mêla à la foule de carnaval qui avait pris d’assaut les ruelles du quartier. L’ambiance qui prévalait fit qu’il ne prit ni la mesure du temps ni la mesure de la distance qu’il avait parcourue. Il voulut revenir sur ses pas. C’est en ce moment que se posa à lui le problème de l’orientation.

Egaré, il ne savait plus vers où se diriger. C’est alors que Issa dit « ministre de l’or », un homme, disons un fauve de la cité, remarqua l’enfant en difficulté. Il décida alors de rentrer en action. Pour lui, c’est un agneau descendu du ciel destiné à son sacrifice. En effet, Issa avait sa petite idée macabre. L’air d’une personne bien, il posa avec une feinte consternation à l’enfant quelques questions à même de le mettre en confiance et lui proposa de le reconduire chez ses parents. Prenant l’enfant par la main, il le mena à son propre domicile. La tanière du fauve allait être la dernière destination du petit enfant. Une fois chez lui et à l’abri des regards indiscrets, Issa se prit à la manière d’un boucher pour abattre, et ôter la vie du petit homme. Il trancha l’aorte du garçonnet.

Le petit corps à présent sans vie gisait sur le sol de sa maison. Issa entreprit de lui trancher entièrement la tête qu’il mit dans un canari dans le profond espoir de recueillir de l’or plus tard. Le reste du corps de l’enfant est soigneusement emballé et jeté dans la fosse septique de son domicile. L’enfant en décomposition dans la fosse et dans le canari ne tarda pas à indisposer l’environnement immédiat. Aux questions insistantes de ses voisins, Issa répondait qu’il s’agissait d’un cochon qu’il avait tué et jeté dans son WC.

Mais l’odeur devenait plus forte et plus insupportable. Une de ses voisines, excédée entreprit alors de fouiller la maison. Elle le fit de fond en comble à l’insu de celui-ci et tomba sur le canari « d’or » ; à l’intérieur, une tête en extrême état de putréfaction. Horrifiée, elle courut d’un pas alerte, avertir les voisins. Ceux-ci sans attendre, allèrent immédiatement informer la gendarmerie et Issa fut mis aux arrêts. Dans sa déposition, il déclara détenir d’un de ses amis, le secret de pouvoir s’enrichir par l’or une fois que l’on possédait une tête humaine. Toujours aussi pauvre que jamais Issa paie en prison le prix de son forfait.

lefaso.net