Partager

Un polygame, la cinquantaine révolue, est marié à deux femmes. Il vient d’en épouser une troisième l’année dernière. Père d’une famille nombreuse, le quinquagénaire est locataire au quartier Malueka dans la commune de Ngaliema. Il partage les limites de sa résidence avec son ami de longues dates. Ce dernier est célibataire mais propriétaire d’une grande parcelle. Les deux amis ont l’habitude de manger ensemble, s’échanger des chaussures, habits et un peu de tout.

cong.jpgEn signe de leur amitié, les deux compagnons ont convenu dernièrement de s’échanger une femme contre une portion de parcelle. Le polygame décide de donner sa deuxième épouse à son compère ami. Toutes les formalités d’usage entre les deux parties étant sur le point d’aboutir, mais voilà que l’intéressée, donc, la femme s’oppose énergiquement! Elle avait de bonnes raisons pour cela parce qu’elle n’a pas été consultée au préalable. Son mari exerce en vain la pression sur elle.

En fin de compte, la femme a porté l’affaire à la connaissance de sa famille pour statuer sur ce cas qui a tout l’air d’une transaction commerciale. Ce nouveau feuilleton a alimenté des conversations sur la place publique et ouvre ainsi la voie à toutes sortes de spéculations. D’aucuns condamnent avec la dernière énergie l’idée d’échanger une femme contre une portion de terre pendant que l’humanité milite pour les droits de la femme.

Une autre opinion pense que ce polygame et son ami sont passibles de prison parce qu’ils n’ont pas d’égard pour la personne humaine.

On ne peut pas tolérer qu’au moment où la République Démocratique du Congo aspire à un état de droit, qu’il y ait encore des gens qui s’adonnent à cœur joie aux pratiques rétrogrades, soutient-on dans l’opinion publique.

Affaire à suivre absolument !

Faits Divers d’Afrique

16 mai 2007