Partager


Il est 12 heures, juste avant que la prière s’achève à la Grande mosquée, un drôle de fidèle vêtu d’une gandoura blanche et d’un chéchia bordeau, sort précipitament de la mosquée et se dirige vers l’exterieur.

jpg_cadavre4.jpgArrivé à la porte principale d’entrée, profitant de la concentration des autres fidèles en pleine méditation, le jeune homme se met à ramasser les paires de babouches et autres pieds de chaussures de valeur qui étaient étalées à l’extérieur.

Après avoir rapidement emballé ces effets dans un sac de fortune, le voleur prend aussitôt le chemin qui conduisait au fin fond de ce bidonville. Malheureusement, au moment où il commettait ce forfait, d’autres jeunes garçons, assis non loin de là l’observaient et ne voulaient pas troubler ni perturber la méditation du jour. Ils l’ont donc laissé continuer son “jeu” jusqu’au bout.

Sorti du périmètre de la mosquée, ils l’ont pourchassé et l’ont rattrapé à quelques lieux de là, plus exactement à la “Pharmacie du Verset”.

C’est là où le présumé voleur a été copieusement tabassé, à coups de rotin, de fouet en cuir et à l’aide de tout autre objet pouvant servir à la cause.

Amoché et grièvement blessé, le voleur est tombé sur sa mare de sang et s’est évanoui. Ses bourreaux le croyant mort, l’ont aussitôt abandonné dans la rigole.

Même les gémissements qu’il laissait pousser étaient à peine audibles et ne suscitaient pas la pitié. Les victimesdu vol, quant à elles, se sont débrouillées comme elles ont pu. Certains sont rentrés pieds nus, d’autres, aidés par des tiers ont pu avoir quelques paires de babouches.

Manifestement, les voleurs ne s’encombrent plus de scrupules pour poser leurs actes. Les lieux de culte et de prière, jadis considérés comme des lieux sacrés, sont aujourd’hui désacralisés, et la méditation qu’on y recherche s’en trouve presque régulièrement troublée.

En voilà un qui a donc failli s’offrir en sacrifice en lieux et places d’un mouton.

Kwalai

Source: africapresse du 09 Décembre 2008