Partager


On ne change pas une équipe qui gagne ! Il est probable que cette vérité de toujours soit la conclusion à laquelle est parvenu le président de la République qui, depuis deux ans, a réussi la prouesse de déjouer tous les pronostics sur un soi-disant remaniement ministériel. La presse (peut-être pour améliorer ses ventes) et une partie de ceux qui ont la fringale de postes juteux, mais qui attendent impatiemment l’événement, jouent à présent leur va-tout si ce n’est de ruer dans les brancards.

Mais, il n’y a vraiment pas de quoi faire tempête dans un verre d’eau. Réélu dès le 1er tour de la présidentielle d’avril dernier avec plus de 70 % des voix, le chef de l’Etat devra, dans une certaine mesure, son succès à l’équipe gouvernementale, dont l’action, à en juger par le score, est jugée au-dessus des attentes par les « électeurs ». Au demeurant, que vaut un président de la République sans l’accompagnement de son exécutif ?

C’est donc grâce au gouvernement que le chef de l’Etat a bâti murs et maisons, routes et écoles, forages et centres de santé. C’est grâce à lui qu’il a pu distribuer des tracteurs et soulagé des malades à travers leur accès gratuit aux ARV et autres… anti-paludiques. Pourquoi voulez-vous, nom de Dieu, qu’il se sépare d’eux maintenant ? N’a-t-on pas seriné, malgré des échecs patents, que nous sommes dans un « Mali qui gagne » ?

Ce n’est donc que justice que le boss maintienne le statu quo même si de très nombreux Maliens souffrent le martyre. Ce n’est que justice que de garder une équipe qui a réussi à bloquer le pays, qui assiste impuissante à la résurgence de la rébellion au Nord-Mali, à la dilapidation de plus 100 milliards de F CFA (selon le rapport du Vérificateur général), à la cherté de la vie, à la messe de requiem pour l’école…

Et puis, entre nous, qu’est-ce qui prouve que ceux qui viendront feront mieux que leurs prédécesseurs ? Seront-ils plus transparents dans la gestion des affaires et rigoureux dans l’utilisation de l’argent public ? Auront-ils pour critères la compétence, l’engagement patriotique et l’intégrité morale… dans le choix de leurs collaborateurs ? Feront-ils moins référence à la vision du président dans leurs discours pour ne privilégier que l’action concrète sur le terrain ?

Moi je vous demande : remaniement ou pas, qu’est-ce que ça change au fait ?

A. M. T.

17 septembre 2007.