Partager

Dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 mars, Diawara a été victime d’un vol spectaculaire devant la boîte de nuit, le Biblos. Bakary Cissé a réussi à subtiliser son téléphone portable alors qu’il lui venait en aide. Le malfrat n’a pas eu assez de chance puisqu’il a été rattrapé par l’épervier du Mandé, 48 heures plus tard.

C’était aux environs de deux heures du matin, dans la nuit du 29 au 30 mars, quand un jeune homme apparemment au-dessus de tout soupçon s’est approché de Diawara qui s’apprêtait à démarrer son véhicule 4×4.

Après l’avoir abordé poliment, le jeune homme lui a dit qu’il avait besoin de 5000 FCFA pour dépanner sa voiture tombée en panne sèche. Diawara sortit l’argent de sa poche. Mais au moment où il tendait le billet au jeune homme, celui-ci, d’une main recevait l’argent tandis que l’autre subtilisait le téléphone portable de son bienfaiteur.

C’est après avoir roulé sur à peine 200 mètres qu’il se rendit compte de la disparition de son téléphone portable de marque Nokia 81.8 coûtant la bagatelle de 350 000 FCFA.

Toutes les tentatives de retrouver le téléphone s’avérèrent infructueuses. C’est bien après qu’il s’est rendu compte que c’était le jeune homme qui l’avait approché qui a fauché son portable.

Le lundi matin, Diawara est venu voir l’épervier du Mandé, l’inspecteur principal Papa Mambi Kéïta, pour lui relater sa mésaventure. Sans perdre de temps, l’épervier a, tout de suite, saisi l’opérateur téléphonique Orange.

Grâce à sa technique qu’il ne cesse de raffiner, au jour le jour, l’épervier a remonté la filière jusqu’à un certain Bakary Cissé. Interpellé au poste de police du 10e arrondissement, Bakary a tout nié en bloc.

L’épervier a donc invité le propriétaire du portable, Diawara, pour une confrontation avec le voleur. Diawara ne crut pas ses yeux quand on lui présenta Bakary Cissé, ce jeune homme bien nippé qui lui a demandé de l’aide devant la boîte de nuit le Biblos.

Après quelques tergiversations, Bakary Cissé finit par reconnaître les faits qui lui étaient reprochés. Il a été présenté, le lundi 31 mars, devant le procureur de la République de la commune II.

Pierre Fo’O Medjo

02 Avril 2008.