Partager

Du 8 au 26 Avril 2016, la commission nationale malienne pour l’UNESCO a effectué une mission dans les académies d’enseignement de Kati, Koulikoro, Kayes ,Kita, Sikasso, Koutiala, San, Mopti, Ségou, Bamako rive gauche et rive droite. L’objectif de cette mission entre dans le cadre de l’identification des écoles associées au Mali et la relance des activités du Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO(RESEAU). Ont pris part à cette mission, Dr Georges Diawara, coordinateur national, Arouna Dembélé, Mme Maria Diallo, M. Sériba Ballo.
Crée en 1953, le Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO sous la houlette d’une commission nationale malienne pour l’UNESCO, compte plus de 10 000 établissements à travers le monde dont 159 recensés au Mali. Parmi ces écoles associées, il existe des maternelles, des cycles primaires et les instituts de formation des maitres. Au Mali, le RESEAU a connu une expansion considérable en passant de 13 membres en 1998 à 153 en 2003. Ces écoles se situent à Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti, Tombouctou et le district de Bamako. A noter qu’elles ne sont pas centrées uniquement en milieu urbain. On les retrouve jusqu’au niveau des villages avec pour mission de renforcer l’amitié et la solidarité, de promouvoir la paix et l’éducation pour le développement durable. Au cours de cette mission, elle a permis de donner au public des zones visitées une large information sur le Réseau des écoles associées de l’UNESCO, de recenser les thématiques qu’elles souhaitent soutenir et dont les meilleures pratiques seront présentées lors de la rencontre du Réseau en 2017 à Bamako, de susciter de nouvelles adhésions au réseau et de supprimer de la liste les écoles inscrites mais non fonctionnelles et enfin de mobiliser l’ensemble des acteurs autour de la thématique proposée pour la rencontre de 2017 sur le thème « Campagnes médiatiques visant à prévenir et combattre les violences liées au genre en milieu scolaire ». C’est ainsi que dans toutes les zones visitées, des ateliers ont été organisés dans le cadre de la relance des activités des écoles associées de l’UNESCO et qui ont regroupé le directeur de l’académie(DAE) ou son représentant, trois directeurs de centre d’animation pédagogique(DCAP), trois directeurs d’école et trois enseignants points focaux pour les écoles associées. Il a été expliqué aussi dans les académies d’enseignement de Kati, Koulikoro, Kayes, Kita, Sikasso, Koutiala, San, Mopti, Ségou, Bamako rive gauche et rive droite que le Mali abritera les assises du Réseau des écoles associées pour l’Afrique de l’Ouest(RESEAO) en 2017. Prendront part à ses assises les secrétaires généraux des commissions nationales et les coordinateurs nationaux des écoles associées du réseau du Benin, du Burkina Faso, de la Côte-d’Ivoire, de la Gambie, de la Guinée Conakry, du Niger, du Sénégal, du Togo, du Mali. A noter que les écoles associées aussi du Mali ayant les meilleures pratiques seront conviées à la rencontre pour présenter leurs expériences et échanger avec les participants. Pour ceux qui ne le savent pas depuis le troisième séminaire sous régional statutaire du comité directeur du RESEAO tenu à Dakar en décembre 2014, c’est le Mali qui dirige la présidence du secrétariat exécutif pour un mandat de deux ans (2015-2017). Au cours de la mission, il a aussi été expliqué aux participants des différentes académies visitées, les conditions d’adhésion comme membre du système des écoles associées et des requêtes de financement d’activités en lien avec les thématiques annoncées. Plusieurs exemples de projets ont été développés au cours des échanges. Parmi eux on peut citer le projet « l’Eau une solution chimique qui a permis de doter 6 écoles de Bamako en micro kit de laboratoire, le projet protection de la couche d’ozone, le projet Gigapan. Ces échanges ont permis l’identification des établissements membres enregistrés au niveau de chaque centre et les activités menées depuis l’adhésion au RESEAU. Aux différentes questions posées sur la définition d’une école associée, des avantages de la participation au réSEAU, du projet d’école, de l’appellation « écoles associées », du rôle des élèves et des enseignants dans la gestion d’une école associée, des idéaux de l’UNESCO, des ordres d’enseignement concernés par le réSEAU, de la répartition des écoles associées du Mali, du rôle du coordinateur national et des coordinateurs régionaux, du rôle de l’enseignant point focal et enfin du financement des activités d’une école associée, la mission a répondu et a mis à profit la visite pour parler de l’exemple d’une école associée en Côte-d’Ivoire qui a crée une petite forêt dans le cadre de l’éducation en vue du développement durable et celui d’une autre école du Sénégal qui reçoit l’appui de l’ambassade d’Israël. A la fin de ces visites, la mission a identifié 37 écoles associées dont 34 à Ségou et 3 à Bamako. Mais hélas il s’est avéré que ces écoles ne mènent plus d’activités depuis un certain temps. A noter qu’à Ségou, ces écoles étaient actives de 1998 à 2005, période au cours de laquelle elles ont participé au programme « Nourrir l’esprit, combattre la faim ». Il ressort qu’hormis Ségou et Bamako rive gauche, les autres localités visitées ne disposaient pas d’information sur les écoles associées. On peut dire donc sans se tromper que la mission de la commission nationale a été riche et fructueuse.
Sadou Bocoum
23 Juin 2016