Partager

« Le taux de paiement des impôts et taxes reste encore faible à tous les niveaux »

Le Haut Conseil des Collectivités, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a organisé, hier, jeudi 19 juin, au Gouvernorat, la journée de concertations régionales du Haut Conseil des Collectivités Locales. La thématique des concertations était « le rôle du bicaméralisme dans la promotion de la démocratie« .

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président du HCC, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara. C’était en présence du Gouverneur et du Maire du District, Ibrahima Féfé Koné et Adama Sangaré.

L’acteur de promotion de la démocratie, le bicamérisme l’est également pour la décentralisation lorsque son instauration vient parachever un processus de décentralisation en cours. En effet, il permet l’épanouissement de la décentralisation dans le respect de l’unité nationale.

Dans son allocution, le Maire du District, Adama Sangaré, a estimé qu’il est évident qu’une décentralisation réussie passe par la représentation des collectivités au niveau central, l’écoute et l’arbitrage de leurs intérêts.

Pour sa part, Ibrahima Féfé Koné, a souligné les difficultés auxquelles les communes du District sont confrontées. Il s’agit, entre autres, des difficultés de mobilisation des ressources financières, du manque de personnel et de cadres qualifiés, des litiges fonciers, de l’incivisme des populations.

En ce qui concerne la mobilisation des ressources financières, selon lui, « il est regrettable qu’aucune des nombreuses mesures prises n’ait pu, à ce jour, atténuer l’incivisme dans notre cité. Le taux de paiement des impôts et taxes reste encore faible à tous les niveaux, et les contribuables ne s’acquittent jamais volontairement de leurs obligations fiscales« .

Aussi, dans la plupart des cas, les maires n’émettent pas de rôles pour certaines taxes, mettant en cause leur recouvrement. S’agissant du manque de cadres qualifiés, il a estimé que le recours à la mise à disposition des services déconcentrés aurait pu pallier cette difficulté. Mais les maires recourent rarement à ce procédé pour des raisons diverses.

Pour terminer, le Gouverneur du District a souhaité qu’au cours de cette journée, le débat et les échanges qui vont s’instaurer, permettent aux participants de donner des informations importantes sur le fonctionnement des deux chambres d’un Parlement et ses effets positifs sur la démocratie malienne.

Pour ce qui le concerne, le président du HCC, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, a indiqué que les concertations régionales, au titre de cette année, inspirent la mise en place d’une plate-forme basée sur les échanges et l’appropriation des approches et les réponses porteuses que chaque région ou collectivité apportera comme ferment dans l’enrichissement et la qualification du HCC pour son devenir en deuxième chambre.

Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara a, aussi, spécifié que le HCC est confronté à de nombreuses contraintes et insuffisances liées, du reste, à ses missions et prérogatives constitutionnelles, lesquelles altèrent sans nul doute, son efficacité.

Il s’agit, entre autres, de l’imprécision dans la définition de certaines de ses missions, la limitation du nombre et de la durée des sessions, du caractère limitatif de ses prérogatives et l’atypisme avéré de l’institution.

« Vous partagez avec moi, que dans le contexte actuel, notre propos soit une invite à un débat critique, constructif et fécond sur notre processus démocratique dont l’analyse à notre humble avis, dégage des signes, qui militent en faveur du renforcement de la démocratie au Mali à travers l’instauration du bicamérisme« .


Bandiougou DIABATE et Moulaye HAIDARA

Stagiaires

20 Juin 2008