Partager

Dans le cadre de notre rubrique le coin des artistes, nous avons rencontré au début de la semaine, un jeune artiste-musicien qui fait aujourd’hui la fierté du rap malien dans le monde entier. Il s’agit de Ibrahim Sissoko alias Iba-One. Il nous a reçus chez lui à N’tomikorobougou, pour nous parler de sa vie artistique, ses relations avec les autres rappeurs, le contexte dans lequel vit le Mali et son engagement dans la lutte contre la crise alimentaire.

Comment Ibrahim Sissoko alias Iba-One est-il venu dans la musique ? Selon lui, nonobstant la rigueur dans le cadre de son éducation par ses grands parents à Kayes qui voyaient en lui un futur cadre de la haute administration, Iba s’est retrouvé dans la musique après son arrivée à Bamako.

Pourtant, au cours de notre entretien, Iba nous a fait savoir que malgré ce rêve de devenir un grand artiste, il a mis le paquet dans ses études. Après le Def, il a décroché un autre diplôme, mais cette fois-ci en finance-comptabilité. Ce qui l’aidera plus tard à bien gérer sa vie artistique.
Le monde des arts n’est pas seulement composé d’enfants de cœur et révèle souvent des conflits d’intérêts ou des querelles de clochers entre artistes. Mais Iba tient à préciser qu’il n’existe pas de problème entre lui et les autres rappeurs et que «tout baigne». Il considère tous les artistes comme des frères et agit en ce sens.

En ce qui concerne le nombre d’albums qu’il a mis sur le marché, Iba précisera d’abord qu’il ne s’agit pas d’avoir des albums sur le marché pour être un bon artiste, mais il faut d’abord bien travailler afin de donner quelque chose de croustillant aux fans. Il poursuivra en indiquant qu’il a fait déjà beaucoup d’albums dont un double qui a été primé. L’occasion était bonne pour nous révéler qu’il travaille déjà en studio avec son complice de tout les temps, le génie Sidiki Diabaté, fils de Toumani Diabaté. Parlant de la crise dans notre pays, Iba-One dira qu’il est très touché par la situation que vit le Mali aujourd’hui, surtout que notre pays a été toujours présenté comme un modèle de démocratie et de stabilité dans le monde. Pour prouver qu’il a été profondément touché par cette crise, il nous dira qu’il a concocté avec d’autres rappeurs un morceau dénommé «Nous voulons la paix», histoire de dire à ceux qui se trouvent aujourd’hui au nord du Mali avec des armes que la guerre n’est pas une bonne chose.

Nous tenons cependant à informer nos lecteurs que ce jeune rappeur est aujourd’hui aux côtés d’une organisation internationale présente au Mali, Oxfam, pour mener une lutte qui, selon Iba-One, est une action noble. Raison pour laquelle il a lancé un Sos avec son grand frère, Vieux Farka Touré, à travers une vidéo de 3 mn, pour appeler les bailleurs à aider le Mali à faire face à cette crise alimentaire. Toujours dans le cadre de son action humanitaire, Iba-One nous dira qu’il va lancer dans les jours à venir un morceau pour cette cause. «Suite à ce que j’ai vu à Mello, un petit village de ma région, il est temps de venir en aide aux populations les plus démunis du Mali», s’exclame-t-il.

Ibrahim Sissoko alias Iba-One nous dira qu’’il ne pourra terminer l’entretien qu’il nous accordé, sans lancer un message à tous les citoyens du Mali pour qu’ils se donnent la main afin de faire face non seulement à la crise sécuritaire et institutionnelle, mais aussi à cette crise alimentaire qui touche aujourd’hui plus de 4,6 millions de nos frères et sœurs depuis des mois.

Seydou Oumar N’DIAYE

Le Prétoire du 22 Octobre 2012