Partager

« Nous avons dit que nous ne souhaitons pas qu’il n’y ait pas d’amalgame. Qu’il n’y ait pas de stigmatisation d’aucun de nos frères, d’aucune de nos sœurs.

Ce pays grâce à Allah (Sbw), depuis des siècles, est un pays de blancs et de noirs. Dans toutes nos familles nous sommes métissés et nous n’avons jamais connu ici de différentiation par rapport à cela. Qu’au jour d’aujourd’hui nul ne l’oublie.
Nous ne saurions tolérer que personne s’en prenne à son voisin, à son plus que frère. C’est cela qui est recherché; évitons cela.

Évitons également de jeter le bébé avec l’eau du bain. Evitons également que l’arbre cache la forêt. Nos amis de la MIinusma, je dis bien nos amis de la MIinusma, nos amis de Serval, sont en mission ici au Mali, pour aider le peuple malien à se retrouver, pour aider l’État du Mali à reprendre en main les choses qui nous avaient échappé et qui, dans bien des domaines, nous échappent encore.
L’État malien ne l’oublions pas est en reconstruction. C’est laborieux, c’est difficile et ça explique beaucoup de choses qui se sont passées dans ces deux derniers jours.

Nul découragement, nul perte de sérénité ! Mais surtout que l’on ne s’en prenne pas à nos amis, à ceux qui sont venus pour nous aider et qui continuent de le faire dans la limite des missions qui leur ont été assignées.
Sachons respecter nos amis, sachons respecter nos hôtes. Cela est conforme à l’éthique malienne, cela est conforme à l’humanisme soudanien dont nous aimons tant nous vanter. Sachons non seulement raison gardée, dignité gardée, et honneur conservé.

Voilà ce sur quoi je voulais vraiment insister. »

26 Mai 2014