Partager

Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta après sa prestation de serment n’a pas chômé. Pour cause, ses proches et collaborateurs pensaient qu’après le cérémonial du mercredi, le nouveau locataire de Koulouba allait mettre le cap sur son domicile et commencer le travail hier jeudi, éplucher et traiter les dossiers à lui laissés par son prédécesseur.

Que nenni, à la surprise générale de tous, il a regagné son bureau après la prestation de serment et n’en est ressorti que tard dans la nuit. Preuve que le temps presse et le nouvel homme fort du pays, qui a conscience des enjeux, veut aller très vite. Rappelons qu’IBK a commencé sa journée du mercredi au Palais de Koulouba où après un entretien à huis clos avec son prédécesseur Dioncounda Traoré, il s’est rendu au Centre international de conférences de Bamako (CICB) avant de boucler les festivités de sa prestation de serment au pied du monument de l’indépendance.

Seydou Badian, un absent de taille à l’investiture d’IBK

S’il y a eu une présence très remarquée à l’investiture d’IBK mercredi dernier, c’est celle du généralissime Moussa Traoré entré en hibernation depuis son éviction du pouvoir en mars 1991 par les forces démocratiques. Il n’a même pas daigné assister aux cérémonies commémorant le cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale.

A l’opposé de cet étrange personnage, un autre symbole fort du Mali indépendant était tout aussi étrangement absent de la fête démocratique du mercredi dernier. Il s’agit du doyen Seydou Badian Kouyaté, ministre de l’économie rurale sous le régime socialisant de Modibo Keita, auteur de » Kany, sous l’orage « . On épiloguera encore longtemps sur les raisons de cette absence. Boycott ? Maladie ? Ou n’a-t-il pas reçu sa carte d’invitation quand on sait que les Soudanais de l’Afrique ancestrale tiennent beaucoup à l’honneur. Le doyen porte allègrement ses 85 ans mais cela ne l’empêche pas d’être un globe-trotter qui saute d’un avion à un autre pour aller jusqu’au Cap Horn. En tout cas depuis Mao la Chine est devenue sa seconde patrie et il vient tout juste de rentrer d’un voyage de Conakry.

On est d’autant plus surpris que Seydou Badian a beaucoup d’estime pour IBK. Aussi, ne ratait-il aucun meeting du candidat du «Mali d’abord». S’il était Zeus, il allait même faire monter l’homme à Olympie sans élection. Il ne cachait pas dans ses confidences en privé que l’idéal pour le Mali serait le tandem IBK-Soumana Sacko avec le premier comme président de la République et le second comme Premier ministre. Mais ses vœux étant exaucés, pourquoi une telle absence ? Mystère.

Rassemblées par K.THERA & MLD

L’Indépendant du 6 Septembre 2013

– ————————- —————————–

Le temps a réparé une partie du ciel malien

Investiture historique d’un président malien en présence des seuls Maliens et des hôtes vivant parmi eux. Et surtout en présence d’un ancien chef d’Etat, Moussa TRAORE, dont la présence à cette cérémonie est révélatrice de l’état d’esprit du peuple Malien.

Ce peuple est grand et a su le monter à la face du monde encore une fois. Le temps a permis au peuple malien de digérer ses colères et douleurs et de ne plus retenir que ce qui vaut de l’être à savoir aller à l’essentiel. Le Président Moussa TRAORE a fait preuve de courage en venant à l’investiture ou il aurait pu essuyer des sifflets et autres quolibets. Là, le peuple a démontré sa grandeur et lui a rendu sa monnaie en l’ovationnant. Alors merci Monsieur le Président Moussa TRAORE, le Mali compte désormais avec vous. Une nouvelle page s’ouvre et qui augure de lendemains prometteurs en matière de réconciliation nationale.

Dans les différentes interventions qui ont été entendues, il est ressorti la nécessité de se réconcilier et de marcher la main dans la main vers un avenir dégagé. Pour ce faire, il convient de fédérer les énergies de tous ceux qui aspirent à un développement harmonieux du pays afin de reconstruire le Mali de nos rêves qui devra faire la place à tous ses enfants pour apporter leurs prières à l’édifice national. Citoyens civils comme militaires.

Cependant, il est impérieux de faire beaucoup attention aux mauvaises graines du système ATT qui ont profité de façon illicite des richesses du pays et qui tentent de se maintenir à leurs postes ou atterrir à d’autres stations. Ces gens là s’agitent beaucoup en ce moment et investissent les plateaux de télévision et les studios de radios. Avec l’argent volé au peuple, ils essayent de se faire peau neuve et de s’intégrer dans un nouveau Mali qui se doit pour exister de les rejeter. La vigilance commande au président IBK de faire beaucoup attention à ces malfaiteurs en cols blancs qui sont la calamité de notre économie.

IBK en homme avisé et d’expérience sait mieux que quiconque qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux. La lutte contre la corruption et l’impunité doit commencer par là. Le Mali regorge de compétences qui ne demandent qu’à être sollicitées. A bon entendeur, salut.

En tout cas, nous serons toujours présents en tant que sentinelles de la démocratie pour nettoyer les écuries d’Augias. Et comme l’a dit le Procureur Général auprès de la cour suprême, nous n’avons plus le droit de voir venir les calamités du genre des événements de 2012 mais nous devons dresser des alertes et des barrages contre celles-ci. Il y va de notre survie. A bientôt

Idrissa DIOUF

L’Indépendant du 6 Septembre 2013