Partager

L’accueil que la ville de Kayes a réservé à El hadj Ibrahim Boubacar Keita, dans le cadre de la conférence régionale du RPM, a été triomphal le dimanche 18 mars. Le leader du Rassemblement Pour le Mali a été reçu avec tous les honneurs. Il a déchainé les foules et les passions tout au long de l’itinéraire de sa caravane à travers les artères de la cité du rail.

Arrivé à l’entrée de la ville vers 17h, El Hadj Ibrahim Boubacar Keita a été accueilli par une foule de partisans avant de conduire une caravane au stade omnisports Abdoulaye Macoro Coulibaly de Kayes, où attendaient des milliers de personnes. A en croire aux témoignages recueillis, jusqu’ici, aucun autre candidat déclaré n’avait réussi à réunir un si grand nombre de militants pour un meeting. Pendant près d’une heure, le « Kankelentigui » a expliqué aux kayesiens tout le sens de sa candidature : « ma responsabilité est de porter votre espérance, celle d’un Mali meilleur.

C’est tout le sens de ma candidature à l’élection présidentielle du 29 Avril 2012. Car je veux construire avec vous tous, et pour vous tous, un Mali fort et juste ! ». Il a salué les efforts de mobilisation ainsi que l’engagement des Mouvements, associations et clubs de soutien.

Le candidat du parti des tisserands s’est aussi exprimé sur la crise au Nord du Mali. Il a réaffirmé son attachement inébranlable au principe sacro-saint de l’indivisibilité du territoire national et a demandé à tous les Maliens de soutenir le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, et de rester soudés derrière l’armée malienne pour qu’elle puisse repousser les assaillants afin de rétablir la sécurité et restaurer l’intégrité territoriale du Mali. « Il y a une chose que les rebelles qui nous attaquent ne doivent pas oublier : c’est que le Mali ne s’est pas construit en un jour. Le Mali est une grande Nation, les Maliens sont un grand Peuple. Le Mali est pour tous les Maliens. Nous ne laisserons pas quelques bandits faire la loi ! Ils ne vont pas en quelques semaines détruire notre magnifique ensemble national. Le Mali restera un et indivisible», a-t-il indiqué.

« L’élection du 29 avril est la première des solutions car voter c’est donner une nouvelle chance à la paix », selon IBK.

A l’en croire, il sera sans doute difficile de faire voter tous nos compatriotes, notamment ceux refugiés à l’étranger mais voter c’est dire non à la guerre, c’est installer le changement qui pourra renouer le fil du dialogue et qui pourra concentrer toutes nos énergies pour réformer le Mali et garantir son développement, explique IBK.

Le candidat s’est engagé à créer 350 000 emplois dans les 5 ans à venir « Si je suis élu, l’école sera un droit, elle deviendra obligatoire et totalement gratuite pour tous jusqu’à 16 ans..», a-t-il conclu.

Madiassa Kaba Diakité, envoyé spécial

Le Républicain du 20 MARS 2012