Partager

IBK, depuis le maroc fustige l’opposition de son pays : «Je vous connais… Vous ne souhaitez pas le bonheur de votre pays, mais le vôtre propre»

Le Président de la République a effectué un voyage au Maroc en fin de semaine dernière (jeudi 24 avril). Sur place, il s’est adressé, en langue nationale Bamanan à une communauté malienne acquise à sa cause. Il a particulièrement pointé du doigt l’opposition politique, non sans évoqué les raisons de la démission de Tatam Ly, le choix porté sur M. Moussa Mara. Voici la traduction de quelques extraits.

Parlant de l’opposition politique, le visiteur dira, en l’occurrence ceci :». «Parce qu’ils ont espéré que je leur ferai appel dans le nouveau gouvernement et que cela n’a pas été le cas, voilà qu’ils s’agitent. C’est tout le sens de leur conflit (opposition). Cela ne m’empêchera pas de les poursuivre éventuellement… Tout celui qui bouffe, le vomira… Qu’ils disent et fassent donc ce qu’ils veulent. Ils ne m’effrayeront pas… Je leur demande cependant de la retenue (sabali)… Faites preuve de retenue ! Ce que vous faites en plein jour et pendant la nuit sont différents. Et moi je sais. Parce que je vous connais… Vous ne souhaitez pas le bonheur de votre pays, mais plutôt le vôtre propre…

Justifiant la nomination de son nouveau Premier ministre, il tenta de rassurer : « J’ai choisi Mara et des gens se sont levés pour dire beaucoup de choses… Mara est pour moi un fils. Je sais de quoi il est capable… Je ne suis pas rancunier et ne le serai jamais. J’ai confiance en lui ».

Occasion pour l’orateur de fustiger l’attitude de son premier Ministre démissionnaire : « Parmi les membres du gouvernement, il y a des gens qui nous ont beaucoup aidés. Quelqu’un ne saurait se lever un jour et nous exiger de les virer ! Non, je ne le ferai pas ! Je ne trahis pas un allié. J’ai tenté en vain de le faire raisonner en lui expliquant qu’il est avant tout un fils pour moi et que c’est moi le président de la République. Qu’on se rende donc les choses faciles ! Mais… Nous allons donc essayer Mara. Mais d’ores et déjà, il bénéficie de ma confiance et de mon soutien».
IBK est-il rancunier ? « Non, je ne le suis pas. Vous constatez que dans le nouveau gouvernement figurent des membres qui, jadis, ont cru que j’étais vindicatif. Je ne le suis pas ! »

Et répondant aux allégations faisant état d’une campagne de presse qu’il mène en ce moment, il répondit : « Ils ont dit que j’ai toute la presse du pays dans la poche. Je ne me savais autant riche. Ils ont même dit que je faisais publier des articles… Moi, je n’ai pas ce temps ».

Entre autres sujets d’actualité évoqués, la présence d’une délégation du MNLA en Russie. « Les Russes m’ont tout dit. Le MNLA s’y est rendue pour négocier des armes en contrepartie des richesses du sous-sol malien. Ils ont refusé et me l’ont fait savoir ».
Et comme pour remercier la Russie, le président malien révéla qu’il s’est abstenu de suivre la position des occidentaux par rapport à la Crimée : « Vous restez mes amis ; Mais le Mali n’oubliera pas ce que la Russie a fait pour lui », a-t-il dit.

B.S. Diarra

Maliba Info du 30 Avril 2014