Partager

« Le parti n’a jamais failli au devoir d’aller à la conquête du pouvoir; 2012 ne fera pas exception »

« Le RPM se battra pour la conquête du pouvoir d’État aux fins de réaliser le projet de société qui lui vaut d’exister…Nous proclamons notre volonté de participer activement aux élections de 2012. Le RPM, sans tambour, ni trompette, continuera à tâcher de convaincre de l’actualité et de la pertinence de son message ». Ce sont là des mots forts qui ont meublé la conférence de presse animée par les premiers responsables du Rassemblement Pour le Mali (RPM) avec à leur tête, le président du parti, l’honorable Ibrahim Boubacar Kéita. Cette rencontre avec la presse s’est tenue dans les locaux du nouveau siège du parti à l’Hippodrome et a permis à IBK de réaffirmer ses ambitions de servir le Mali, ce pays que le parti du tisserand place au dessus de tout.

Après avoir planté le décor de cette conférence de presse marquant le neuvième anniversaire du parti, couplé avec l’inauguration du nouveau siège de l’Hippodrome et l’année du Cinquantenaire du Mali, le président du RPM a déclaré que, 9 ans dans une vie humaine correspond à l’enfance. Mais, dans la vie d’une formation politique, 9 ans permettent de faire le bilan du parcours.

Depuis sa création, le 30 juin 2001, a-t-il rappelé, «le RPM a une présence effective et significative dans tous les combats pour un mieux-être du peuple malien. C’est ainsi que, par rapport à différents sujets de préoccupation nationale comme la crise au Nod du pays, la crise alimentaire, la crise scolaire avec la tenue d’un forum organisé par les responsables du parti, etc, rien ne nous aura échappé. Le parti a mené des réflexions sur tous ces sujets à travers des symposiums et, à chaque fois, nous remettons des propositions concrètes au Chef du Gouvernement, comme contribution du parti».

Pour Ibrahim Boubacar Kéita, au RPM, le Mali est placé au- dessus de tout. Le parti a démontré, selon lui, ce sens de la responsabilité à plusieurs reprises, notamment «dans des situations de colère et de frustration où on nous a vu apaiser nos militants alors qu’ils étaient légitiment frustrés. Nous ne nous sommes jamais souciés de notre modeste personne mais toujours et constamment du pays».

Pour mieux servir le Mali, IBK dira que le parti du Tisserand n’a jamais fait mystère de sa volonté forte et engagée d’aller à la conquête du pouvoir d’Etat, de l’exercer pour le bien-être des populations. «Le RPM n’a jamais failli au devoir d’aller à la conquête du pouvoir, et 2012 ne fera pas exception», a-t-il déclaré.

Concernant une crise de leadership, qui secoue certaines formations politiques, le président du RPM dira que le parti du Tisserand fonctionne selon des régles démocratiques. «Si le Congrès du parti désignait un autre camarade pour être notre porte-étendard, nous allons tous nous ranger derrière lui pour le soutenir», a-t-il expliqué.

Parlant de l’actualité relative à une fusion en chantier entre le RPM, l’ADEMA et le PARENA, l’honorable Ibrahim Boubacar Kéita a reconnu qu’il y a des concertations entre ces trois partis et d’autres. Et, «ce sont des perspectives heureuses» que des formations politiques se parlent, échangent sur la démocratie et l’évolution du pays.

Mais de là à dire qu’IBK sera le porte-drapeau d’une quelconque alliance ou fusion de partis , c’est aller trop vite en besogne. L’ADEMA, a-t-il indiqué, est une formation politique à laquelle nous avons beaucoup d’estime. Tout comme le PARENA et toutes les autres formations politiques de l’échiquier national.

IBK a par ailleurs évoqué des sujets comme le Code des personnes et de la famille, le projet d’abolition de la peine de mort, des sujets par rapport auxquels, les valeurs culturelles du Mali ne doivent être négligées. Et IBK, de commenter que le Mali est un pays, certes laïc, mais très sensible aux questions religieuses. Des paramètres dont le législateur ne doit oublier de tenir compte.

Pour sa part, le Secrétaire politique du parti, l’ancien ministre Nancoma Kéita, a expliqué que «des convictions fortes, un engagement de tous les instants d’hommes et de femmes au service d’un projet pour un peuple; un sens particulièrement élevé de responsabilité, jamais pris à défaut, une culture du respect et de la considération qui n’exclut nullement la rigueur, la sincérité et la fermeté dans l’expression pour la défense de l’intérêt collectif…» sont des traits caractéristiques du parti du Tisserand. Un parti qui, sans bruit, tâche de convaincre de l’actualité et de la pertinence de son message.

Bruno D SEGBEDJI

01 Juillet 2010.