Partager


Toujours dans sa logique de démonter pièce par pièce les slogans de campagne du Général-candidat Amadou Toumani Touré, son adversaire le plus re­doutable, car disposant des moyens colossaux de l Etat et de ceux mis à sa disposition par une partie du patronat malien, Ibrahim Boubacar Kéïta, vient d affirmer que le « Takokélen » (victoire au premier tour en bambara) scandé par les partisans d’ATT ne passera pas. « C’est un mirage » a proclamé le candi­dat du RPM au cours des étapes de Zégoua, Kadiolo, Koumantou, Niéna et Bougouni. Localités où il a été massivement et triomphalement accueilli, démen­tant, une fois de plus, les allégations fantaisistes d’une presse étrangère selon laquelle seul ATT serait seul en campagne.

Il existe en réalité entre le pré­sident du Rassemblement Pour le Mali, El Hadji Ibrahim Boubacar Kéïta, candidat à la présidentielle dont le pre­mier tour est prévu pour le 29 avril prochain, et le peuple malien. En effet, sa forte personnalité doublée de charisme fait que partout où il pointe le nez, c’est la ferveur.

Ainsi à Zégoua, Kadiolo, Nièna, Koumantou, Zantièbougou et Bougouni, IBK a drainé une fou­le nombreuse au cours des mee­tings qu’il a animés dans chacu­ne des localités citées. Sans compter les arrêts spontanés dans des zones où les popula­tions exigent qu’il leur dise deux mots.

Face à cet engouement des Maliens à son égard, IBK a lais­sé entendre que le « Takokélen« , c’est-à-dire, la victoire dès le pre­mier tour, un slogan du camp pré­sidentiel, n’est qu’un mirage et que s’il tentait de le réaliser avec des moyens peu orthodoxes, ça ne serait pas comme en 2002.

« L’on ne peut pas pour toujours canaliser un peuple dont le droit a été manipulé » a déclaré El Ha­dji Ibrahim Boubacar Kéïta requin­qué à bloc. Aussi, a-t-il ajouté qu’ « il n’est pas un fou du pouvoir. Si tel était le cas, il n’y aurait pas eu 2002. Et, les fils du pays allaient continuer à recoller les mor­ceaux« .

ATT a montré son insuffisance

Pour cette campagne qu’il a entamée chez lui dans le Mandé, IBK a laissé entendre au peuple malien que pendant les vingt et un jours que durera cette opéra­tion de séduction des candidats à la présidentielle, ses vérités triompheront sur les mensonges du Général-candidat Amadou Toumani Touré.

« Aujourd’hui, le pouvoir en pla­ce a atteint ses limites. Les poli­ticiens ont trahi leur parti et le peuple. ATT a montré son insuf­fisance car l’indice de dévelop­pement est au rabais. On faisait mieux quand j’étais Premier ministre. Les Maliens ont faim, la vie est très chère, l’école, qui cons­titue l’avenir du pays, va mal. Je ne vois pas de raisons fiables pour que le peuple malien renou­velle à ATT sa confiance« .


Alassane DIARRA

19 avril 2007.